La FAF a un nom pour succéder à Raouraoua

0
669

L’ancien président de l’USMA, Said Allik, est très peiné par la situation très délicate que traverse le football algérien sur tous les plans. Il constate d’ailleurs avec regret que le professionnalisme instauré en 2010 a été voué à l’échec, faute de décisions rigoureuses de la part des initiateurs de ce projet.

«Il faut avouer que la FAF s’est beaucoup précipite en lançant le professionnalisme en Algérie. Ce n’est pas normal aussi qu’on démarre cette expérience avec 32 clubs, qui, en vérité n’ont de professionnel que le nom. Il n’était d’ailleurs jamais question qu’on accorde ce statut à tout ce beau monde. A ma connaissance, on avait prévu qu’il y ait au maximum huit équipes professionnelles pour entamer l’expérience. A l’arrivée, on a dévié de la ligne de conduite tracée, et le résultat est implacable : le football local va en se dégradant», regrette l’ancien homme fort des Rouge et Noir.

Et même si cette situation dissuade plus d’un à postuler à la présidence de la FAF à près d’un mois de l’assemblée générale élective, Allik, même s’il ne le dit pas ouvertement, se montre prêt à prendre part à la course à la succession de Mohamed Raouraoua, que l’on dit pas du tout emballé à l’idée de briguer un nouveau mandat. «En toute modestie, je peux dire que j’ai quand même les compétences pour servir le football algérien. Maintenant, je ne peux dire dans quel poste je peux le faire», a encore expliqué Allik, qui attend sûrement un soutien de la part de ses anciens pairs présidents des clubs pour se porter candidat.

Ce n’est pas le cas pour l’ancien président de la Ligue nationale de football, Mohamed Mecherara, qui, malgré les appels du pied lancés par certains présidents des ligues régionales et de Wilaya pour qu’il postule à la succession de Raouraoua, n’est guère intéressé par une telle mission.

C’est lui-même d’ailleurs qui le dit, non sans critiquer son ami Raouraoua qui, à ses yeux, a commis beaucoup d’erreurs, notamment dans la gestion du dossier du professionnalisme.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here