Slimani: »Si c’était un autre que Vahid, je n’aurai jamais eu ma chance en EN »

0
224

 

« Si c’était un autre entraineur que Vahid je pense que je n’aurais pas eu ma chance »

Après s’être distingué au CR Belouizdad, Islam Slimani avait tapé dans l’œil de l’ex-sélectionneur national, Vahid Halilozidc, qui lui a offert sa première convocation en équipe nationale le 12 mai 2012. « Quand j’ai reçu ma première convocation j’étais à la maison, on m’a appelé pour me dire que j’étais choisi. Déjà avant lors du match face à la Gambie j’étais présélectionné. Pour moi en tant que joueur algérien, être sélectionné c’était le maximum. Je n’avais pas dormi pendant une semaine. Après avoir galéré dans ma vie, je me retrouve en équipe nationale, c’était fantastique. » Islam n’oublie pas ce que Vahid a fait pour lui. « Je remercie Vahid, car c’est lui qui m’a fait confiance. Je pense que si c’était un autre entraîneur il n’aurait pas fait appel à un attaquant du championnat algérien et le faire jouer. »

« En Algérie, il y a des milliers de Slimani »

D’Aïn Benian au plus gros transfert arabe, le parcours d’Islam Slimani en fait rêver plus d’un. Ce dernier a su monter les échelons jusqu’à atteindre la Premier League où il joue pour le champion d’Angleterre en titre. Pour Islam, beaucoup de joueurs algériens peuvent aspirer au même ou a un meilleur parcours que lui. « En Algérie, il y a des milliers de Slimani et sûrement encore meilleurs que moi. Je leur souhaite à tous de faire le même parcours que moi et d’aller encore plus loin. Quand je voyais des joueurs au Sporting Lisbonne qui avaient mon âge, je leur demandais ce qu’ils faisaient à 16 ans, ils me répondaient qu’ils s’entraînaient tous les jours, qu’ils allaient dans leur centre de formation avec tous les moyens mis à leur disposition. Moi, je m’entraînais deux fois par semaine dans un stade pour huit équipes, je pense que s’il y avait les moyens en Algérien j’aurais été un autre joueur. »


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here