EN: Medjani et Feghouli convoqués face au Togo

0
182

Même si le passage de Gorges Leekens fut très court à la tête du staff technique de notre équipe nationale, il n’en demeure pas moins qu’une de ses décisions avait fait très mal à deux principaux cadres des Verts.

Une décision plus que surprenante et inattendue du coach belge qui a écarté purement et simplement les deux premiers capitaines de la sélection nationale Carl Medjani et Sofiane Feghouli, en l’occurrence. Une mise à l’écart qu’il a justifiée par le manque de compétition, comme l’a expliqué l’ancien entraîneur de l’EN, mais une raison très peu convaincante, que ce soit vis-à-vis des joueurs ou de l’opinion publique algérienne. En fait, tout le monde savait que la non-convocation de Feghouli et Medjani était principalement due à leurs déclarations dans la presse. Le milieu de terrain de West Hum n’avait pas hésité à qualifier le recrutement de Rajevac « d’erreur de casting », alors que Medjani, lui, a dit les quatre vérités dans ces mêmes colonnes après la défaite du Nigeria à Uyo sur le score de trois buts à un : « Il faut se rendre à l’évidence. Tout le monde dit que nous sommes la meilleure équipe d’Afrique, et bien aujourd’hui encore, on a vu que nous étions loin de l’être», nous a-t-il fait savoir.

Son constat, un manque de leadership flagrant

Du coup, tout le monde avait compris que les deux joueurs étaient sur la liste noire de la Fédération, et que c’était cela la véritable raison de leur absence à la CAN au Gabon. En fait, si les Verts avaient brillé lors de cette compétition en atteignant les demi-finales ou la finale comme stipulé dans le contrat signé avec Leekens, il aurait été certain que peu de gens auraient ressorti le dossier de ces deux capitaines et d’autres auraient même donné raison au coach national et aux responsables de la FAF de l’époque de les avoir écartés. Sauf que les choses ont mal tourné et très mal tourné même, puisque l’EN version Georges Leekens n’a pas réussi à passer le premier tour avec deux points au compteur (une défaite et un nul). Mais au-delà des résultats des matchs, le peuple algérien a eu droit, l’hiver dernier, à l’une des plus médiocres prestations de l’EN dans une Coupe d’Afrique des nations. Une équipe sans âme, sans envie, mais surtout sans vrai leader pour assurer le relais du coach sur le terrain ou même dans les vestiaires. Les Algériens ont eu même honte tant cette participation était à mettre aux oubliettes, et cela à tous les niveaux : des joueurs fatigués, pas combatifs, se permettant même de se disputer lors des entraînements, alors que le président sortant se trouvait sur les lieux du stage. Une participation qui a d’ailleurs eu des conséquences inattendues, notamment avec le départ de Raouraoua à la tête de la FAF. Un départ que personne n’aurait imaginé avant cette compétition et cela, malgré un début chaotique en éliminatoires de la Coupe du monde 2018 (un nul face au Cameroun à domicile et une défaite à l’extérieur face au Nigeria).

Ils seront son relais avec les autres joueurs

Depuis, beaucoup de choses ont changé, à commencer par l’arrivée d’un nouveau président à la tête de la FAF en la personne de Kheireddine Zetchi. Un nouveau bureau fédéral, une nouvelle DTN, un nouveau manager de l’EN, mais aussi et surtout un nouvel entraîneur pour les Verts : Lucas Alcaraz assisté de ses deux fidèles adjoints. Alors que tout le monde pensait que Carl Medjani a été sorti par la petite porte de l’EN comme beaucoup d’autres avant, lui qui avait pourtant toujours fait ses choix de carrière en fonction de la sélection, refusant même de partir dans les pays du Golfe, il bénéficiera d’une nouvelle chance dans les tout prochains jours. En effet, on croit savoir que l’Espagnol Alcaraz a décidé de compter sur l’ancien capitaine des Verts, et cela même s’il ne joue pas beaucoup ces dernières semaines : « Ne pas convoquer un joueur parce qu’il ne joue pas, non pas forcément, car cela dépendra du joueur qui peut être utile sur d’autres aspects dans une sélection nationale», avait fait savoir l’ancien entraîneur de Grenade lors de sa première conférence de presse à Sidi Moussa. In fine, s’il n’est pas blessé, Carl Medjani fera bel et bien partie de la liste des joueurs convoqués face au Togo. Une réhabilitation qu’Alcaraz juge plus que nécessaire, lui qui a constaté justement le manque de leadership dans l’équipe nationale. Il est important de préciser que même sur le plan du jeu, Medjani peut toujours rendre service, que ce soit au milieu du terrain ou dans l’axe, car jusque-là, il n’y a pas de grandes solutions à l’horizon.

 

 

Une convocation n’est pas synonyme d’une place de titulaire

L’autre grosse nouvelle concerne le milieu de terrain de West Ham Sofiane Feghouli. Ce dernier, qui a justement su rebondir en pleine CAN avec son club en retrouvant une place de titulaire, reviendra lui aussi en sélection la fin de ce mois de mai. Un retour qu’Alcaraz estime essentiel. En effet, ayant passé près de six années en Espagne, le coach des Verts connaît bien Soso. Pour l’Espagnol, ça serait donc une erreur de se passer d’un joueur doté d’une telle force de caractère et qui a toujours montré son amour pour le pays en le défendant de la meilleure des manières. Son niveau demeure bon même si Feghouli manque, lui aussi, de compétition, mais pour Alcaraz, sa seule présence dans le groupe pourrait le faire revivre.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here