Le salaire d’Alcaraz dévoilé

0
175

Recruté en avril dernier après un long travail de prospection, Lucas Alcaraz a réussi ses débuts avec l’EN.

Pourtant, Kheireddine Zetchi le président de la FAF avait été longuement critiqué par rapport à ce choix, il a décidé de prendre un entraîneur méconnu, et dont le passé n’a rien de volumineux si ce n’est les 20 années passées dans les deux premiers paliers espagnols à la tête de clubs qui jouent chaque année leur survie. Malgré ça, la FAF a insisté pour l’avoir, d’ailleurs jusqu’à la dernière minute, c’était Caparros qui tenait le bon bout de la corde, avant que le président de la fédération ne décide subitement de tout changer, à la suite d’une défaite compromettante de Grenade contre Valence qui a précipité le départ d’Alcaraz. Ayant arrêté une fourchette bien précise pour le recrutement de l’entraîneur, Zetchi ne pouvait pas satisfaire les exigences du peuple qui réclamait un grand entraîneur, d’ailleurs même le ministre Ould-Ali avait insisté sur le nom du successeur de Leekens à la tête de l’EN A, il voulait que la FAF investisse pour offrir à l’Algérie un coach digne de ce nom, c’est pour ça d’ailleurs qu’il était un peu déçu en apprenant les noms avec qui Zetchi discutait et qui paraissaient à chaque fois dans les journaux, il avait évoqué la nécessité de se concerter avec lui et son ministère pour faire le bon choix, mais Zetchi a préféré prendre ses responsabilité et a conclu avec Alcaraz, pensant qu’il est le meilleur choix qu’il pouvait faire dans l’immédiat.

Alcaraz a donc offert à la FAF toutes les garanties pour redorer le blason de la sélection, le tout contre un salaire de 60 000 euros, c’est du moins c’est qui nous a été révélé par une source digne de foi, un salaire qui nous rappelle celui de Vahid Halilhodzic lorsqu’il avait dit oui à Raouraoua en 2011, certes il a ensuite été revu à la hausse, mais il touchait au début quelques 65 000 euros, tout ayant le statut d’un coach international au vu de son expérience avec la Côte d’Ivoire, et ce n’est pas rien. Ceci dit, et pour ce qui est des adjoints espagnols d’Alcaraz, à savoir Campos et Canadas, la même source nous a fait savoir qu’ils touchent chacun 5 000 euros, soit 10 000 euros qui s’ajoutent ainsi aux 60 000 de leur supérieur, ce qui nous donne un total de 70 000 euros pour le staff espagnol, sans prendre en compte le salaire du nouvel entraîneur des gardiens, à savoir Bouras ou encore le prochain adjoint local qui aura des prérogatives assez larges, ce dernier devrait bénéficier, nous dit-on, d’un salaire conséquent (loin des 10, 12 ou 15 millions que percevait l’ex-adjoint, voire l’ex-DTN de la FAF), comme cela n’a jamais été fait auparavant, il faut dire que la FAF insiste beaucoup sur Madoui, en témoigne le temps qu’elle s’est accordée avant de passer à un plan B, l’ESS joue encore la coupe d’Algérie, et il n’est pas à écarter que l’annonce du nom de l’adjoint local soit faite d’ici le 5 juillet prochain, date de la finale de la coupe, et qui sera aussi le début de la planification pour le début de la préparation de la double confrontation contre la Libye.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here