Ce qui s’est réellement passé entre Ghoulam et Zetchi après le match de la Zambie

0
965

Rien ne va plus entre le président de la FAF, Kheïreddine Zetchi, et le latéral gauche Fawzi Ghoulam. Ce dernier, en baisse de forme en équipe nationale, contrairement à ce qui est le cas en club, se sent visé par les récentes déclarations du patron du sport roi en Algérie, par lesquelles il a demandé aux joueurs n’ayant plus la volonté de mouiller le maillot national de rester chez eux.

Tout a commencé d’ailleurs la veille de la rencontre retour face à la Zambie, mardi dernier à Constantine. Déjà remonté contre certains éléments suite à la défaite au match aller, trois jours plus tôt à Lusaka, Zetchi a décidé de se réunir avec l’ensemble de l’effectif des Verts au niveau de l’hôtel Mariote, quartier général des Fennecs à Constantine. Lors de cette réunion, la première depuis la défaite en Zambie, et au vu des attentes de tout un peuple pour faire justement oublier la débâcle à Lusaka, Zetchi a tenu un langage cru et clair vis-à-vis de M’bolhi et de ses coéquipiers.

«En équipe nationale, on vient jouer avec plaisir et on doit se donner à 200%. Il ne faut pas que ce soit une corvée. Le maillot de cette équipe nationale est très cher. Si l’un d’entre vous se sent incapable de le mouiller, alors il vaut mieux qu’il reste chez lui et qu’il ne vienne pas en sélection. Il y a tellement de joueurs qui rêvent de porter ce maillot», leur a lancé le président de la Fédération algérienne de football.

Connu pour être très expressif, Zetchi, en lançant cette phrase, a dirigé son regard du côté de Ghoulam. C’est là que le joueur a réagi : «Si c’est moi qui suis visé dans votre discours, je peux vous le dire dès à présent : si vous voulez que je ne vienne plus en équipe nationale, il n’y a aucun problème, je peux rester chez moi».

La prestation très timide du joueur de Naples, le lendemain face aux Chipolopolos, l’a enfoncé aux yeux de Zetchi, qui a réitéré son intention de révolutionner l’effectif des Verts, pour reconstruire une nouvelle équipe nationale. Là aussi, Ghoulam s’est senti dans le collimateur du patron de la FAF. Il aurait d’ailleurs même confié à ses proches qu’il comptait mettre un terme à sa carrière internationale, alors qu’il n’a que 26 ans. Affaire à suivre…

footalgerien.com


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here