La FAF a trouvé une faille dans le contrat d’Alcaraz

0
442

Les jours de Lucas Alcaraz à la tête des Verts sont désormais comptés. Le coach espagnol devrait quitter son poste de sélectionneur d’Algérie dans un mois. Alors que l’idée de s’en séparer est une certitude à la FAF, cette dernière aurait trouvé une faille dans le contrat du sélectionneur qui lui permetterait de le renvoyer sans avoir à lui verser une « petite fortune » en guise d’indemnité de départ.

Le contrat qui lie Lucas Alcaraz à la FAF a suscité une vive polémique, récemment. D’abord parce qu’un fac-similé de ce document, censé rester confidentiel, a fuité. Puis parce qu’il nous apprend que Lucas Alcaraz est dans le top 5 des sélectionneurs les mieux payés d’Afrique. Enfin, parce qu’on apprend que la nouvelle direction de la FAF a été incapable d’établir un contrat spécial pour l’Espagnol en fonction des objectifs qui lui sont assignés, des droits mais aussi et surtout des devoirs.

Pour se défendre, Kheireddine Zetchi a expliqué maladroitement sur les ondes de la radio nationale, vendredi, que la FAF s’est contenté de reprendre un contrat-type de la FAF. C’est –à-dire du copier-coller. Rien que ça !

Sur le principe, Lucas Alcaraz peut se targuer d’avoir signé un contrat en béton. En réponse aux intentions de la FAF de le limoger, l’ancien entraîneur de Granada FC a répliqué qu’il exigera d’être payé jusqu’au dernier centime. Autrement dit, pas de séparation à l’amiable. Qu’à cela ne tienne, la FAF semble avoir trouvé une faille dans ledit contrat. En effet, il est stipulé dans le document que Lucas Alcaraz devra séjourner deux semaines sur quatre à Alger. En outre, il s’était engagé à organiser un stage des locaux chaque mois. Deux engagements auxquels a failli l’Espagnol.

Non seulement, Lucas Alcaraz était tout le temps absent, ce qui a fait qu’il était rarement sur les stades algériens pour superviser les joueurs locaux, mais il n’a, en sus, effectué que deux tournées depuis son arrivée.

C’est sur ces failles que la FAF compte jouer justement pour résilier le contrat d’Alcaraz peut non-respect des engagements. Ceci devrait permettre à la FAF de se séparer de l’Espagnol à moindre frais.

LA GAZETTE DU FENNEC.COM

 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here