EN: Madjer ne fera pas machine arrière malgré les critiques

0
392

Contrairement à ce qui a été dit ici et là, Rabah Madjer, certes affecté par les réactions hostiles à sa nomination aux commandes techniques de la sélection algérienne, aussi bien dans les milieux sportifs que sur les réseaux sociaux, n’a pas fait marche arrière. Il est toujours animé d’un ardent désir pour mener l’équipe nationale à bon port.

La preuve, il s’est de nouveau réuni avec le patron de la FAF, Kheïreddine Zetchi, pour tracer une feuille de route en vue des prochaines échéances, notamment la CAN-2019 où il est déjà question pour le champion d’Europe avec le FC Porto en 1987 d’atteindre au moins le dernier carré de la compétition.

Dans la foulée, les choses commences à s’éclaircir au sujet de la composante du staff technique devant aider Madjer dans sa mission.

Dans ce sens, une source bien informée sur le dossier, nous a fait savoir qu’en étroite coordination avec la FAF, le choix de Madjer s’est porté sur les deux anciens internationaux, Meziane Ighil et Djamel Menad. Les deux hommes pourraient ainsi porter pour la première fois de leur carrière d’entraîneur, le costume de coach adjoint.

Madjer souhaitait également faire appel à son ancien coéquipier en équipe nationale, Nacer Drid, afin de le charger d’entraîneur les gardiens de but, mais là, la FAF a opposé son veto, en préférant renouveler sa confiance en l’actuel coach des portiers, en l’occurrence Bouras.

Il faut dire aussi que le très probable futur sélectionneur national devra également compter sur l’apport de Rabah Saâdane, le désormais nouveau directeur technique national, qui a été également nommé conseiller du nouveau coach des Verts.

Maintenant, c’est une certitude, Lucas Alccaraz est en train de vivre ses dernières heures en tant que sélectionneur national. Il ne reste plus qu’à trouver le meilleur moyen pour résilier son contrat après les cuisants échecs enregistrés sous son règne.

Pour le remplacer, Rabah Madjer est désormais le mieux placé. L’ancien international et ancien sélectionneur est le favori en puissance et attend seulement son intronisation en tant que coach national. Cependant, cela ne va pas être effectué avant que le départ d’Alcaraz ne soit entériné.

La FIFA ne permet pas l’installation d’un nouvel entraîneur national tant qu’il y a un autre coach en place et c’est ce qui fait ralentir l’annonce.

Dans ce sens, une fois que les négociations avec Alcaraz auront abouti, Madjer sera nommé de manière officielle et aura pour mission de relancer une équipe qui a perdu toutes ses valeurs et surtout qui ne cesse de chuter dans le classement FIFA au point d’enregistrer son pire classement depuis des années. Le tout devrait se faire avant la fin de cette semaine, indique-t-on du côté de Dely Ibrahim.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here