La FAF veut relancer le dossier de Berchiche et d’ouvrir celui de Aouar

Le tweet de la Fédération algérienne de football d’il y a quelques jours a suscité une grosse polémique que ce soit chez nous ici en Algérie ou outre-mer.

En effet, le Bureau Fédéral dans sa réunion mensuelle qui a parlé des critères de sélection des joueurs algériens évoluant à l’étranger a décidé d’en imposer deux : « Deux critères seront pris en considération pour convoquer un joueur établi à l’étranger : son engagement inconditionnel en faveur de l’Algérie et sa supériorité technique par rapport aux joueurs locaux », a indiqué la FAF sur son compte officiel sur Twitter. Hakim Meddane manager général des Verts et membre fédéral a fait savoir qu’il s’agirait, peut-être bien, d’une mal interprétation de ce qui a été dit ce jour-là au niveau du Bureau Fédéral précisant, « jamais, au grand jamais un membre du Bureau Fédéral osera mettre en doute l’amour d’un joueur pour son pays et cela quelles que soient ses origines, et on n’a pas le droit de le faire car personne n’a le pouvoir de juger que celui est plus Algérien qu’un autre. Un joueur est Algérien du moment qu’il est en procession d’un passeport algérien », a-t-il indiqué samedi soir lors de son passage à la télévision nationale algérienne.

Berchiche, un cas Lacen bis…

Quoi qu’il en soit, erreur ou pas, mal interprétation ou non, le tweet est bien présent, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’a pas laissé indifférente l’opinion publique, notamment les anciens internationaux issus de l’immigration à l’image de l’ancien capitaine de notre équipe nationale Antar-Yahia : « Je suis moi le premier et tout à fait d’accord à dire qu’il ne faut pas supplier un joueur pour qu’il vienne défendre les couleurs nationales. Ça, c’est tout à fait normal et j’ai toujours été contre ces pratiques quels que soient le nom ou le niveau du joueur concerné. Mais ce que je ne comprends pas c’est que pourquoi on veut faire la différence entre un joueur algérien venant de l’étranger et un autre qui vit au pays. Les critères de sélection doivent être les mêmes pour tout le monde », nous avait indiqué le héros d’Oumdourmane.

Un tweet qui a aussi éveillé beaucoup d’interrogations quant à la philosophie de la fédération algérienne actuelle. Va-t-elle changer de politique, c’est-à-dire ne plus faire appel à des éléments évoluant à l’étranger et compter seulement et uniquement sur les joueurs du cru, ou continuera-t-elle à se renforcer avec les joueurs algériens évoluant à l’étranger ?

Et bien d’après une source de la FAF et du staff technique national, il n’est ni question ni même à l’ordre du jour de se priver d’éléments venant de l’étranger capables d’apporter un plus aux Verts et cela au niveau de toutes les sélections nationales et non pas les A seulement.

La FAF présentera son projet sportif à court et moyen terme.

Et parmi les joueurs que devra rencontre Hakim Meddane prochainement le joueur du PSG, Youri Berchiche.

Ce dernier a, pour rappel, fait savoir à deux reprises qu’il n’était pas intéressé par l’idée de vêtir les couleurs nationales. La première fois fut juste avant la CAN 2017 au mois de novembre 2016, à l’époque il jouait au Real Sociedad. Interrogé par un journaliste espagnol, Berchiche affirma : « Mon père est né en Algérie, mais moi je ne parle pas algérien. C’est vrai, j’ai eu une proposition de jouer pour l’Algérie, l’adjoint du sélectionneur m’a appelé (NDLR : Yazid Manousir sous l’ère Georges Leekens), mais comme je ne me sentais pas Algérien, j’ai répondu par la négative», a-t-il fait savoir à un site basque de Sociedad.

Berchiche n’est pas Français, mais Espagnol

La deuxième fois, c’était le 20 novembre dernier, après une rencontre disputée par le Paris Saint-Germain : « Je vais vous dire quelque chose que peu savent. J’étais en vacances avec ma petite amie quand j’ai reçu un appel de l’adjoint de l’équipe nationale algérienne il y a deux ans de cela. C’est Cadamuro qui lui avait donné mon numéro. Il m’a demandé si je souhaitais jouer pour l’Algérie. Je l’ai remercié pour l’intérêt mais j’ai dit non car je ne me sens pas Algérien. Je ne sais pas si j’ai eu tort, car la Coupe du monde 2018 est très proche et n’importe quel joueur aimerait la jouer. Mais j’ai dit ce que je pensais. Je ne parle pas français et je viens d’une autre culture (NDLR : il est né à Saint- Sébastien d’une mère espagnole).

Un exemple type d’un joueur que l’EN a déjà connu par le passé, Mehdi Lacen, en l’occurrence. Ce dernier qui avait longuement hésité à opter pour l’Algérie avait toujours fait savoir aux dirigeants de la FAF qu’il ne connaissait pas du tout le pays même s’il s’agissait de ses origines. Il rajouta à cela qu’il ne voulait pas venir prendre la place d’un autre joueur. Lacen décline donc la proposition pour venir jouer la CAN 2010, mais au niveau de la fédération on continue le forcing pour expliquer que l’Algérie a besoin de tous ses enfants, à la simple condition que ces derniers fassent l’effort de bien vouloir connaître le pays et défendre à fond les couleurs nationales, une fois qu’ils acceptent de venir. Et c’est ce qui s’est passé, puisque Mehdi Lacen fut non seulement l’un des piliers de notre équipe nationale, mais aussi un joueur irréprochable à tous les niveaux. Un comportement qui lui a valu le brassard de capitaine au cours des derniers mois de sa carrière internationale. Jusqu’à présent et malgré ses obligations, Lacen n’hésite pas à chaque fois que l’occasion se présente de venir assister à un match des Verts.

Aouar ne ferme pas la porte…

Et les dirigeants actuels de la FAF semblent avoir compris que dans tous les cas il y a une opération de séduction à faire. Charmer un joueur, discuter avec ses proches, ses amis mais sans pour autant supplier. Juste lui expliquer ce qu’attend de lui la sélection, mais aussi et surtout présenter le projet sportif.

Un projet  comme une coupe d’Afrique des nations avec l’ambition de la gagner lors de la prochaine CAN, mais aussi et surtout miser sur une qualification pour la Coupe du monde au Qatar en 2022. En gros que l’Algérie redevienne une grande nation africaine.

A 27 ans, et évoluant au poste d’arrière gauche au grand PSG, ce joueur sera certainement d’un grand apport à notre équipe nationale.

Un autre joueur qui fait aussi beaucoup parler de lui, il s’agit de Houssem Aouar, le milieu de terrain de l’Olympique Lyonnais.

Agé à peine de 19 ans, Aouar n’a jamais fermé la porte à la sélection algérienne. La seule fois où il a été interrogé sur sa future sélection A, lui qui évolue avec l’équipe de France espoir dut le mois de novembre répondre : « Je viens tout juste d’intégrer le groupe Pro, et sincèrement je ne me suis pas encore posé la question quant à ma future sélection, on verra ça plus tard», s’est-il contenté d’affirmer. Même ses proches et sa famille ne se sont jamais exprimés là-dessus. D’ailleurs, Hakim Meddane a bien précisé sur le cas Aouar : « Pourquoi fermer le dossier Aouar alors qu’il n’a même été ouvert. On parle d’un sujet clos lorsqu’on le traite, mais pour l’instant ça n’a pas encore été le cas », a fait savoir Meddane sur l’ENTV samedi soir.

Les jeunes joueurs de l’étranger seront suivis mais sans qu’ils ne soient convoqués dans les différentes sélections

De ce fait, Meddane compte bien faire un tour à Lyon pour non seulement discuter avec le joueur mais aussi avec sa famille. Une discussion qui ne sera pas synonyme de convocation immédiate au vu de la pression que vit le jeune joueur au sein de son club, mais au moins, au niveau de la FAF on saura quelles sont les motivations et les intentions du joueur.

Il est aussi important de préciser qu’Aaour et Berchiche ne seront pas les seuls joueurs que Meddane rencontrera. D’autres noms ont été cochés y compris des jeunes éléments.

Les jeunes justement que la DTN a décidé de ne pas convoquer ni les mettre dans l’embarras avec leurs différentes  équipes.

Certes, des discussions seront entreprises avec eux, et ils seront tous suivis, mais pour l’instant la direction technique nationale préfère les protéger et les préserver en leur évitant qu’ils soient sous l’effet des projecteurs.

Telles sont donc les intentions et les démarches à entreprendre par la fédération algérienne de football dans les prochaines semaines auprès des Algériens évoluant à l’étranger.

DZCOMPETITION.COM

You can leave a response, or trackback from your own site.

Poster un commentaire