EN A’: Rabah Madjer vise le CHAN 2020

0
576

Le championnat d’Afrique des joueurs locaux a démarré samedi au Maroc. Et encore une fois, la sélection algérienne est absente de ce rendez-vous. En fait, en cinq éditions, les Verts n’ont pris part qu’une seule fois à cet évènement, soit en 2010 sous la houlette d’Abdelhak Benchikha. À l’époque, les coéquipiers de Soudani avaient terminé à la quatrième place du tournoi abrité par le Soudan.

Cette fois-ci, et comme lors des deux précédentes fois, l’Algérie a été éliminée dès le tour préliminaire. Conduits par l’Espagnol Lucas Alcaraz, les Fennecs ont été battus par leurs homologues libyens en aller à Constantine (2-1), avant de se contenter d’un nul (1-1) lors du match retour en Tunisie.

On se rappelle que le technicien espagnol avait abordé ce double rendez-vous à la hâtive. Il n’avait effectué aucune préparation pour affronter la Libye, se contentant de faire appel à un groupe de joueurs qu’il ne connaissait même pas quelques jours avant la première manche. C’est dire que l’échec fut somme toute attendu.

Pour son successeur, Rabah Madjer, il n’est pas question de commettre la même erreur. C’est ce qui explique son désir de bâtir une solide équipe nationale des joueurs locaux, avec pour objectif de dénicher des joueurs capables de renforcer la sélection première, et aussi préparer la prochaine édition du CHAN, soit celle de 2020.

«On essaye de découvrir des joueurs, les talents locaux pour renforcer l’équipe première, on prépare aussi l’EN A’ pour les prochaines échéances comme le CHAN-2020, et vu que ses éliminatoires se joueront l’an prochain, on n’attendra pas la veille du début pour commencer le travail, à l’image de l’erreur faite avec le match de la Libye quand on est allés ramener des joueurs çà et là pour jouer un match de barrage, il ne faut pas reproduire les mêmes erreurs, donc je trouve normal qu’on effectue chaque mois un stage de 3 jours, on aura un meilleur contact avec les joueurs, comme ça, ces derniers vivront avec nous et nous vivrons avec eux.

Peut-être que des joueurs ne s’habitueront pas à cette vie, et dans ce cas, on les change. On a vu de bons éléments, dans le stage précédent et lors du match contre le Rwanda (victoire 4-1), il y aura des départs certes, mais des arrivés, car on est toujours en période de prospection», explique le driver national.

Revenant justement sur ce match amical face au Rwanda déroulé à Tunis, Madjer réitère son satisfécit : «Je refuse l’appellation équipe A’, on a une seule sélection composée de joueurs locaux et d’éléments évoluant outre-mer, là où il y a des éléments valables ils seront majoritaires, on ne fait pas de social, vous avez tous vu contre le Nigeria, le nombre de locaux sur le terrain.

Avant ils regardaient le match des tribunes, même contre la Centrafrique je l’ai fait, et voilà que maintenant on découvre un autre groupe contre le Rwanda, On a vu Chafaï, il a fait un grand match, on a découvert Boukhenchouche de la JSK qui a fait un grand match lui aussi, tout comme Abid et Bouguelmouna aussi, ils ont prouvé leur niveau, d’autres éléments se sont aussi distingués, et c’est de bon augure», conclu-t-il.

FOTALGERIEN.COM


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here