Mahfoud Kerbadj prépare sa riposte

0
760

Les dés sont jetés pour Mahfoud Kerbadj qui a été «limogé» de son poste à la tête de la LFP, un poste qu’il avait occupé pendant sept années. Seulement, l’homme est loin de s’avouer vaincu.

Certes, dans ses déclarations officielles ayant suivi la décision du bureau fédéral, dimanche à Sétif, il a insisté pour dire que Kheïreddine Zetchi et ses assistants lui ont rendu un énorme service en le déchargeant de la gestion des deux championnats professionnels, mais ses proches indiquent que l’homme prépare déjà sa contre-attaque pour prendre sa revanche.

En tout cas, dans ses propos tenus après la réunion du bureau fédéral, l’ancien président du CRB a tenu à transmettre un message à Zecthi et son équipe : «Si je venais à me présenter lors de la prochaine assemblée élective de la LFP, personne ne pourra m’enlever la présidence», a-t-il dit.

C’est que le désormais ex-président de la LFP bénéficie du soutien de la quasi-totalité des présidents des clubs des deux Ligues professionnelles au nombre de 32. Un capital de voix non négligeable si Kerbadj décidait de défier Zetchi en postulant à sa succession à la tête de la FAF.

D’ailleurs, le bruit revient sur un éventuel retrait de confiance à Zetchi lors de la prochaine assemblée générale ordinaire de la première instance footballistique nationale. Un sujet qui avait fait la polémique il y a quelques semaines lorsque certaines personnes de l’ex-bureau fédéral ont été accusées de vouloir fomenter un coup dans ce registre avec les présidents des Ligues de wilayas en marge de la dernière sortie officielle des Verts contre le Nigeria à Constantine.

Et même si à l’époque le coup n’a pas marché, il n’est pas à écarter que les détracteurs de Zetchi, qui se trouvent aujourd’hui des partisans de Kerbadj, réitèrent leur tentative, surtout à l’approche de l’assemblée générale ordinaire. Cette éventualité devient de plus en plus persistante, maintenant que Zetchi a décidé de durcir le ton avec les présidents des clubs de l’élite en leur refuse toujours la qualification de leurs nouvelles recrues tant qu’ils n’ont pas apuré leurs dettes.

Cette manière d’agir rallonge tout simplement la liste des opposants de Zetchi, dont la première année à la tête de la FAF n’a pas été une totale réussite. Seulement, pour que Kerbadj et ses « amis » présidents des clubs professionnels qui se sont ralliés à sa cause parviennent à renverser Zetchi il leur faudra notamment convaincre les présidents des Ligues régionales et des Ligues de wilayas à défendre leur cause, car ils représentent la majorité absolue de la composante de l’assemblée générale de la FAF.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here