Mesloub:  » Le départ de Gourcuff, nous a fragilisé »

0
243

Buteur et passeur vendredi contre Le Havre AC, le milieu de terrain algérien, Walid Mesloub,  avait joué tous les matchs de la dernière campagne éliminatoires CAN 2017, avant d’être injustement privé de la Coupe d’Afrique des nations disputée au Gabon. Mesloub,  qui revient très fort d’une blessure, nous parle  de son extraordinaire parcours avec le RC Lens où il est en train de renaitre,  avec notamment 4 buts et 2 passes décisives, réalisées lors des 6 derniers matchs de championnat. Walid  évoque le départ de Gourcuff, et de son ex-coach  à Lorient actuellement au Mouloudia d’Alger, Bernard Casoni.

 

 Walid vous revivez avec le RC Lens, pouvez-vous revenir sur votre nouvelle expérience   ?
J’ai vécu 6 mois compliqués avec Lorient où je revenais d’une intervention chirurgicale donc ce n’était pas évident mais Hamdoulillah, j’ai signé à Lens au mois de janvier et j’arrive à enchainer les matchs et cela me permet de rebondir.
Vous jouez dans un club populaire, le stade Félix Bolaert était bien une citadelle infranchissable ?
Exact ! Lens est un club emblématique  en France avec  un public extraordinaire, où on trouve chaque week-end  plus de 20 000 supporteurs  au stade, ce qui est énorme pour une équipe qui joue en Ligue 2. Dans une ambiance comme ça, on a envie de se transcender et cela m’a beaucoup aidé
4 buts, 2 passes lors des 5 derniers matchs, c’est bien une récompense pour vous cette saison ?
Comme je l’avais dit, après mon opération je devais reprendre du rythme  et enchainer les matchs. C’est vrai que lors des deux ou trois premiers matchs j’avais besoin de gagner en compétition mais après,   je me suis bien adapté. Tout va bien, là je reste sur 4 buts et 2 passes décisives en 5 rencontres. Ce qui vient me rassurer avant la fin de la saison.
 
Ce vendredi avez-vous  croisé votre compatriote, Zinedine Ferhat, passeur historique de la Ligue 2 avec 16 passes ?
Oui j’ai croisé Zinou (Ndlr Ferhat). On a bien discuté avant, à la mi-temps et après le match. Je l’ai félicité pour sa belle saison, je lui ai fait part de ma fierté de le voir briller au Havre. On a évoqué aussi la sélection nationale. Il m’a aussi dit qu’il attendait mon retour en sélection pour venir aider l’équipe.
Justement Walid, vous avez joué tous les matchs des éliminatoires, vous avez même été décisif dans la tactique de Gourcuff et après on ne vous a plus rappelé ; comment avez-vous vécu votre éviction de la CAN 2017 ?
C’était trop dur pour moi, c’était rageant. Je ne comprenais pas du tout cette décision de Leekens mais bon c’était son choix.  J’ai accompli ma mission comme il se doit et Gourcuff me faisait jouer presque tout le temps. Mais bon, à présent j’ai retrouvé mes sensations et mon niveau j’espère que Madjer  suit un peu ce que je réalise avec Lens.
Madjer a besoin de joueurs disciplinés tactiquement et avec beaucoup d’expérience, vous gardez espoir de revenir en sélection ?
Bien sûr c’est toujours dans ma tête, après je sais que cela passera par mes performances en club.  Je sais qu’une sélection doit être  composée de joueurs d’expérience surtout lorsqu’on a l’objectif de jouer une phase finale. Donc, je continuerai à me battre pour tenter de regagner ma place.
D’aucuns pensent que le départ de Gourcuff a tué cette équipe nationale, êtes-vous de cet avis ?
Je dirai qu’avant son départ tout se passait très bien en sélection. Il y avait un groupe qui vivait très bien, et une tactique de jeu qui s’est mise en place. Il n’y a qu’à voir les matchs gagnés avec de larges scores et avec la manière, ma    mais son éviction nous a plongés dans une situation difficile. Comme l’attestent les résultats, son départ n’a pas été forcément une bonne idée, au contraire, la sélection s’est fragilisée par les changements opérés à la barre technique et c’est là à mon avis l’erreur qu’on a commise.
L’Algérie est-elle capable de remporter une coupe d’Afrique comme le souhaite Madjer ?
Ecoutez, j’ai toujours dit que nous avons un énorme potentiel avec des joueurs  très doués qui évoluent au plus haut niveau, maintenant pour Madjer je ne le connais pas encore mais j’espère que j’aurai l’occasion de le connaitre. Je dirai  que c’est peut-être l’homme de la situation, il faudra lui laisser le temps car un projet on ne le réalise pas du jour au lendemain. J’espère que son travail portera ses fruits…
 

le buteur


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here