FAF: La somme colossale perdue par Zetchi depuis son arrivée

0
1376

Après moins d’une année et demi de règne dans le football national, Kheïreddine Zetchi, est en train de faire perdre à la trésorerie de la FAF, des sommes d’argents importantes à cause de ses mauvais choix en terme d’entraîneurs de la sélection algérienne première.

En tout et pour tout, Zetchi devrai débourser près de 25 milliards de centimes pour indemniser les deux coachs nationaux qu’il a engagés tour à tour. Tout a commencé avec l’Espagnol, Lucas Alcaraz, un entraîneur inconnu au bataillon que Zetchi a fait venir quelques semaines après son investiture à la tête de la barre technique des Verts.

Quelques mois ont suffi pour que le technicien ibérique montre toutes ses limites. Mais au lieu de démissionner et sortir avec les honneurs, il s’est accroché dans son poste, exactement comme il le fait actuellement son successeur, Rabah Madjer. Cette attitude a poussé la FAF à mettre un terme à ses fonctions, prenant le risque d’en subir les conséquences.

Eh bien, et comme on pouvait s’y attendre, Alcaraz n’a pas tardé à réagir, et ce, en saisissant la FIFA. Certes, l’affaire n’est pas encore tranchée au niveau de la première instance footballistique internationale, mais tout indique que l’instance fédérale s’est engagée dans une bataille perdue d’avance. Dans le contrat paraphé par l’entraîneur espagnol, il est stipulé que son principal objectif était de se qualifier au dernier carré de la prochaine CAN.

Or, jusque-là, l’équipe nationale n’a disputé qu’un seul match dans les qualifications, et elle l’a de surcroît remporté contre le Togo. Sur le plan des résultats donc, aucun reproche ne peut être faite à Alcaraz, même si sous sa conduite l’équipe nationale a touché le fond dans les éliminatoires du Mondial-2018 pendant lesquelles il a dirigé les Fennecs pendant trois matchs sans pour autant remporter la moindre rencontre.

Malgré cela, Alcaraz devrait empocher plus de 20 milliards de centimes, une fois le verdict de la FIFA soit rendu public. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, la FAF, qui est sur le point de mettre aussi un terme aux fonctions de Madjer, devra débourser plus d’un milliard de centimes pour une séparation à l’amiable entre les deux parties.

Cela se passe au moment où les ressources financières de la première structure footballistique nationale se réduisent de plus en plus avec le refus de ses ex-sponsors de prolonger leurs contrats. Décidemment, Zetchi n’est pas au bout de ses peines.

footalgérien


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here