EN: Le BF veut casser sa tirelire pour ne pas faire de 3 e erreur

0
119

Les jours de Rabah Madjer à la tête de notre équipe nationale sont désormais comptés, puisque la réunion du Bureau Fédéral prévu le 24 juin prochain devra entériner la décision de se séparer des services de l’ancienne gloire du FC Porto.

En effet, du côté du président de la Fédération algérienne de football, qui se trouve actuellement en Russie en compagnie du manager général des Verts Hakim Meddane et du SG de la FAF, la décision de limoger Madjer a déjà été prise, reste seulement son officialisation après que les membres du BF donnent leur aval, ce qui se passera certainement puisqu’eux aussi sont unanimes à ce sujet. Maintenant que le sort de Madjer est scellé, la question que tous les Algériens se posent est la suivante : qui sera le futur entraîneur de notre équipe nationale ? A plusieurs reprises au cours de ces dernières semaines, et depuis le limogeage de Vahid Halilhodzic du staff technique du Japon, une équipe qu’il a réussie à qualifier avec brio pour la Coupe du monde en Russie, les fans de l’EN ne cessent de réclamer le retour du Bosniaque, lui qui avait réussi l’exploit de qualifier l’EN pour le deuxième tour de la Coupe du monde au Brésil en 2014.

Le BF d’accord pour que la FAF casse sa tirelire

Du coup, la piste de Vahid consistitue l’option numéro 1 du président Kheireddine Zetchi. Mais le problème c’est que Halilhodzic percevait près de 150 000 euros/mois sans compter les membres de son staff technique.

Une somme beaucoup trop grande, puisque jusque-là la FAF n’avait jamais dépassé le seuil de 65 000 euros/mois payés justement pour ce même coach sous l’ère de l’ancien président Mohamed Raouraoua. Ce qui est sûr, et d’après nos informations, c’est que la majorité des membres du BF ont fait savoir à leur président qu’il était plus qu’impératif de casser la tirelire cette fois-ci afin de se payer un coach de renom. Plus de place aux entraîneurs peu connus ou à ceux qui n’ont pas fait déjà leurs preuves par le passé, car malgré tout le travail effectué par la Fédération algérienne de football à tous les niveaux, l’équipe nationale demeure la vitrine indéniable de cette institution. Et le Bureau Fédéral a bien compris que dans le cas de l’échec de cette dernière, les gens ne retiendront au final que ça.

La FAF sait qu’une 3e erreur peut être fatale

Ces mêmes membres du BF ont aussi conscience qu’ils n’auront pas droit à une troisième erreur durant la même année quant à l’entraîneur national. Lucas Alcaraz et Rabah Madjer ont fait de brefs passages, et de ce fait, un troisième entraîneur qui ne sera pas aussi à la hauteur sera synonyme de vraie catastrophe car c’est tout simplement les éliminatoires de la CAN 2019 qui sont en jeu, et déjà la construction d’une équipe pour disputer les éliminatoires de la Coupe du monde-2022 au Qatar qui sont en ligne de mire. Kheireddine Zetchi a donc conscience de tout cela, d’où le désir de ramener Vahid Halilhodzic. Mais ce dernier qui ne devrait pas faire beaucoup de concessions par rapport à ce qu’il percevait au Japon coûtera cher et même cher à la FAF. Cette dernière compte donc sur un soutien financier de l’Etat pour pouvoir convaincre Vahid.

dzcompétition

 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here