EN: Un point sur le futur sélectionneur

0
873

A moins de mettre sur écoute le téléphone portable de Kheireddine Zetchi il est évident qu’il est difficile d’obtenir des informations 100% fiables sur l’identité du futur sélectionneur des Verts. Néanmoins, selon nos investigations et quelques sources proches de plusieurs dossiers, il est possible de dégager des tendances qui peuvent évoluer à tout moment. Aux dernières nouvelles, selon les informations de La Gazette du Fennec, c’est le nom du Portugais Carlos Queiroz qui serait en pôle position après l’échec des négociations avec Vahid Halilhodzic et la difficulté pour Hervé Renard de se libérer de son contrat au Maroc. Le point sur tous les dossier.

C’est un virage à 180° que pourrait de prendre la FAF dans le dossier du nouveau sélectionneur des Verts. Après l’échec des négociations avec Vahid Halilhodzic, la fédération s’est rabattu sur la piste d’un technicien qu’on pensait exclu de la short liste de Zetchi : Carlos Queiroz (65 ans). Le technicien portugais était certes cité depuis un moment pour succéder à Rabah Madjer, mais son nom a fini par plus ou moins disparaitre des radars laissant la FAF négocié en toute tranquillité avec le chevronné sélectionneur de l’Iran dont les premiers contacts concrets remontent au dernier match amical face à l’Algérie en mars dernier. Tout proche de conclure avec l’Algérie sous l’ère Raouraoua (avec un accord pour un salaire de 110 000 euros par mois), l’ancien sélectionneur de l’Afrique du Sud (2000-2002) et du Portugal (2008-2010) serait aujourd’hui le candidat numéro 1 de la FAF. Également contacté par le Cameroun et l’Égypte, Queiroz n’a toujours pas accepté l’offre de reconduction de 6 mois proposée par la Fédération Iranienne qui aimerait l’avoir jusqu’à la prochaine Coupe d’Asie des Nations en 2019. Désireux de s’engager dans un challenge à long terme le tacticien portugais, qui a également un sacré profil de formateur, pourrait bien poser ses valises en Algérie pour un projet solide. « C’est la piste la plus réalisable » nous assure une source interne à la FAF. Il ne resterait même que quelques détails à régler avant l’annonce officielle qui pourrait intervenir avant la fin du mois.

Renard, une option impossible

Le Maroc ne lâchera pas Renard pour l’Algérie. La piste Halilhodzic étant abandonnée, le nom d’Hervé Renard, sélectionneur du Maroc, est revenu avec force insistance ces dernières quarante-huit heures. Certaines informations annoncent que les pourparlers entre la FAF et le technicien français ont été relancées. Néanmoins, s’il est vrai que le profil de Renard plait à Kheireddine Zetchi, il n’en demeure pas moins que ce dernier n’envisage pas de s’aventurer dans cette piste pour la simple et unique raison qu’elle a des chances très infimes d’aboutir à un accord. Malgré l’intérêt qu’il porte pour l’Algérie, Renard n’est pas maitre de son destin. Lié encore par un contrat de quatre ans avec la FRMF, le double champion d’Afrique avec la Zambie et la Côte d’Ivoire n’a pas de bon de sortie. Le souhait du Maroc de le garder s’est sans doute accentué depuis l’annonce de l’intérêt de l’Algérie, nonobstant les objectifs des Lions de l’Atlas en prévision de la CAN-2019. Renard peut toujours envisager de résilier son contrat, mais ceci risque de lui coûter les yeux de la tête. Vu le contexte actuel, même la FAF ne serait pas prête à payer la « libération » du Français. Autant alors opter pour un choix sûr. Zetchi attendrait une réponse de Renard pour ce dimanche, mais les probabilités de le voir résilier aussi facilement son bail avec le Maroc sont très faibles selon nos informations.

Halilhodzic, une piste abandonnée

A moins d’un revirement totalement improbable, Vahid Halilhodzic ne reviendra pas en Algérie. Malgré une offre financière séduisante, avoisinant les 150 000 euros par mois, le technicien bosnien qui sort d’une fin d’aventure traumatisante avec le Japon ne serait pas prêt à replonger dans l’ambiance algérienne où il ne garde pas que de bons souvenirs. Malgré le respect réciproque avec les supporters algériens, Halilhodzic n’est pas emballé par le challenge sportif et l’immense défi qui se présente devant lui en Algérie. Tout est à reconstruire dans un environnement pénible qu’il ne souhaite plus vraiment revivre. L’Asie resterait ainsi sa priorité absolue et l’intérêt de la Corée du Sud retiendrait particulièrement son attention. Du coté de la FAF, sa piste est donc écartée.

Gourcuff, une simple option sans plus

Autre piste évoquée, celle de Christian Gourcuff. Le Breton se présentait même comme le candidat parfait pour le poste de sélectionneur des Verts du fait qu’il a le soutien et l’amour des joueurs de l’EN. Qui plus est, l’actuel coach d’Al Gharafa est prêt à reprendre du service en Algérie pour peu qu’on le contacte dans les meilleurs délais, comme l’annonçait La Gazette du Fennec, citant un de ses proches. Néanmoins, la piste Christian Gourcuff ne semble pas emballer plus que ça Kheireddine Zetchi et son BF qui préfèrent tout miser désormais sur Queiroz après avoir échoué dans le dossier Halilhodzic.

Belmadi n’est pas dans les plans de la FAF

Comme révélé par nos soins, Djamel Belmadi ne figure pas dans les plans immédiats de la FAF. Désormais libre après son départ surprenant d’Al Duhail, l’ancien capitaine des Verts n’a pas été contacté par Zetchi ni aucun membre fédéral comme il l’a confirmé lui-même ce vendredi à nos confrères du journal Le Buteur. «Je n’ai reçu aucun contact de la FAF pour entraîner l’Equipe nationale. A l’heure où je vous parle, je n’ai eu aucun membre de la FAF à ce sujet. La seule information que je peux vous confirmer, c’est que je ne suis plus l’entraîneur d’Al Duhail. J’ai quitté cette équipe, voilà tout !». Choix par défaut en cas d’échecs des autres pistes, Belmadi ne sera pas le prochain sélectionneur des Verts.

la gazette du fennec


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here