Zetchi: Les coachs convoités ont tous eux des propositions ailleurs

0
595

Le président de la FAF, Kheireddine Zetchi, l’a si bien dit : le peuple algérien est impatient pour connaître l’identité du nouveau sélectionneur national.

Eh bien, et si l’on se réfère à Zetchi lui-même, le suspense devrait prendre fin ces jours-ci, puisqu’il a déclaré dans la foulée que le successeur de Rabah Madjer sera connu à l’issue du Mondial russe, dont la finale aura lieu aujourd’hui.

En attendant, les spéculations se poursuivent aussi bien dans les milieux des médias que parmi la vox populi. Mais une chose est sûre : le bureau fédéral a bien tranché sur les priorités.

Et parmi ces priorités, on peut citer le nom du Bosnien, Vahid Halilhodzic, sauf que ce dernier s’éloigne sérieusement des Verts, lui, qui avait promis de rendre sa réponse à l’issue du Mondial, une manière pour lui de gagner du temps et bien étudier les offres qui pleuvent sur lui, notamment du côté de la Corée du Sud.

L’autre priorité de Zetchi est ses pairs, serait le technicien français, Hervé Renard. D’ailleurs, ces dernières heures, et dans les coulisses de la FAF, l’on ne parle que de cet entraîneur. Mieux, l’on se montre très optimiste quant à l’idée de le voir prendre en main la barre technique de la sélection nationale.

Le fait que l’ancien coach de l’USMA ait demandé officiellement à résilier son contrat avec la sélection marocaine, est perçue du côté de la FAF comme une indice encourageante.

À la FAF toujours, l’on s’est même montré prêts à contribuer dans le versement de la somme exigée par la Fédération royale marocaine en guise d’indemnités pour la résiliation du contrat du technicien français. Malgré cela, ceux qui sont très au fait des choses du football se disent pessimistes sur la conclusion de cette transaction.

Et pour cause, la fédération égyptienne qui vient de se séparer avec son entraÎneur argentin, a fait de l’engagement de Renard une priorité.

Et pour parvenir à le convaincre, elle n’hésite pas à casser sa tirelire. L’on parle d’ailleurs d’une offre de 150 000 euros comme salaire mensuel à réserver à l’entraîneur français.
Une offre sur laquelle la FAF ne pourra pas s’aligner. Zetchi et compagnie se sont-ils alors engagés dans un combat perdu d’avance ?


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here