Les raisons pour lesquelles Halilhodzic a refusé l’Algérie

0
1352
L’incapacité de la FAF à engager un sélectionneur pour l’équipe nationale, a mis à nu toutes les limites du président de la fédération et des membres du bureau fédéral à prendre en charge ce dossier. Alors que Zetchi avait annoncé en grandes pompes que le sélectionneur national sera connu juste après la fin de la coupe du monde, il a reporté cette échéance à la fin du mois en cours.
Zetchi qui manque d’expérience sur ce plan, n’aura que confirmé son incompétence à diriger la fédération algérienne de football. Les autres fédérations de football, à l’exemple de celles du Maroc ou de l’Egypte, ont finalisé avec les sélectionneurs qu’elles devaient engager au moment où la FAF traîne encore, alors que l’équipe nationale affrontera son homologue de Gambie, le 7 septembre prochain à Banjul pour le compte de la 2e journée des qualifications à la CAN-2019.
Il faut relever que le refus du Bosniaque Vahid Halilhodzic de revenir en Algérie, est une insulte pour ne pas dire un affront pour la FAF. Halilhodzic qui a déjà dirigé la sélection nationale de 2011 à 2014 a préféré s’engager avec l’Egypte.
Quand la FAF l’avait sollicité, il a déclaré qu’il était intéressé par un projet sportif en Algérie et a relégué au second plan son salaire. Après deux semaines de réflexion et après avoir rencontré Zetchi et son vice-président, Rebbouh Haddad, il a exigé le retour de son staff. Il a ainsi demandé le retour de Djahid Zefzaf, Walid Sadi et Abdelhafid Tasfaout qui travaillaient dans son staff au temps de l’ancien président de la FAF, Mohamed Raouraoua.
En exigeant le retour de ses anciens collaborateurs, Halilhodzic aura constaté que les membres de l’actuel FAF n’ont pas la compétence pour diriger l’équipe nationale. C’est cette raison qui a fait fuir Halilhodzic et dissuader d’autres techniciens de venir en Algérie.
L’amateurisme de la FAF a fait fuir des compétences et privé ainsi l’équipe nationale d’entraîneurs capables de la réhabiliter. Il est vrai que Zetchi qui a recruté l’illustre inconnu Lucas Alcaraz, avant d’accepter de cohabiter avec Rabah Madjer qui lui a été imposé, n’a pas cette trempe pour s’imposer à la FAF et engager un entraîneur à la hauteur des attentes des algériens et des moyens de la fédération.
DIA-Algérie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here