L’Assemblée générale de la FAF est-elle légitime ?

0
338

Le Ministère de la Justice et garde des Sceaux a maintes fois rappelé aux différents responsables Algériens de se conformer aux lois de la République, car elles sont promulguées pour être appliquées. Nos responsables sportifs ne sont pas exonérés de cette injonction du Ministre.

En effet, dans une émission télévisée, en date du  24 juin a la chaîne DZAIR NEWS à 21h30 Mr Amar Bahloul membre du Bureau fédéral et Président de la Commission de coordination des Ligues a évoqué le problème de mise en conformité de certaines ligues par rapport à la loi 12/06 du 12/O1/2012 relative aux associations  et a même avancé une date butoir ( 31/12/2O18) reprise par la presse nationale, comme dernier délai accordé aux ligues pour se mettre en conformité avec les nouveaux statuts conformément à la loi 12/06 ; Cet aspect réglementaire qui n’a que trop duré a été discuté lors de la réunion statuaire du bureau fédéral  du 24/06/2018 et l’a inclus dans les perspectives de la commission de coordination des ligues présidée par Mr Amar Bahloul.

Mais la lenteur avec laquelle la FAF gère ce lourd dossier  fait place aux supputations qui égratignent sa crédibilité dans la mesure où plusieurs membres du BF sont aussi des Présidents de Ligues. En outre, elle s’est ajoutée au désarroi des Présidents des clubs amateurs qui ne savent pas à quel saint se vouer, hésitant à confirmer leur engagement à des structures au devenir compromis. Ceci va causer des perturbations dans le démarrage des différents championnats amateurs et un souci de plus pour la FAF .

L’article 70 de la dite  loi est très clair à ce sujet, elle stipule que les associations sous l’emprise de la loi 90/31 du 04/12 1990 sont tenues de se conformer à cette loi par le dépôt des nouveaux statuts, dans un délai de deux ans, passé ce délai l’autorité compétente peut prononcer la dissolution de l’association concernée. Plus grave encore l’article 46 de cette même loi prévoit des sanctions pénales à l’égard de ceux qui enfreignent cette  dernière, particulièrement quand leurs associations sont dissoute.

Bien qu’ils soient garant de la réglementation, le silence sur cet aspect réglementaire du Ministère de l’intérieur et du Ministère de la Jeunesse et des Sports est inquiétant et parfois troublant car il laisse planer l’amalgame et permet à chacun de juger à sa façon l’interprétation de cette loi Maintenant, si le socle sur lequel est bâtie toute la légitimité de la FAF n’est pas conforme sur le plan réglementaire cela veut tout simplement dire que tout l’édifice de la FAF est chancelant. Alors comment la FAF pourra t’elle justifier des décisions transmises a des structures hors-la-loi. La crédibilité et la légitimité de l’Assemblée générale de la FAF dépendront de la mise en œuvre de la procédure d’organisation des assemblées constitutives des ligues dans les plus brefs délais, selon un calendrier établi par la FAF de la même manière que la LFP. Autrement la prochaine assemblée générale de la FAF risque de connaître des soubresauts.

K.HAMOU


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here