Gamb-Alg: Le staff de la sélection était choqué à l’idée de jouer le match

0
401

Malgré la présence de centaines de supporters gambiens sur la pelouse, les Verts ont joué leur match faisant abstraction de tout ce qui pouvait se passer sur la main courante du stade.

Certes, comme l’a dit Djamel Belmadi lors de la conférence d’après-match : « Je les ai mis devant leurs responsabilités, et c’est eux qui ont décidé de jouer cette rencontre ; je leur rends hommage pour ça car ce n’était pas évident de jouer dans ces conditions. Même si sur le terrain tout s’est très bien passé, je suis déçu qu’on n’ait pas gagné ce match. » Mais ce n’était pas du tout évident de remettre tout le monde dans le bain après près d’une heure et demie d’attente dans les vestiaires. D’ailleurs, pour certains de nos éléments, il était presque certain que le match n’allait pas avoir lieu tant que les supporters n’ont pas quitté le terrain. Certains qui faisaient sans cesse des allers et retours se demandaient d’ailleurs : « Qu’est-ce qui va se passer maintenant ? Le match va-t-il avoir lieu ou non ? » D’autres par contre ne disaient rien. Mais quand les responsables de la Fédération algérienne de football demandent au staff technique national d’évoquer l’éventualité de jouer le match, beaucoup étaient choqués quant à l’acceptation de la CAF de faire jouer cette confrontation dans de telles conditions.

Les joueurs pensaient que le match n’allait pas avoir lieu

Surpris, étonnés et surtout faisant face aux menaces du commissaire du match qui n’a pas hésité à affirmer aux joueurs de notre équipe nationale : « Je vous conseille de jouer cette rencontre, car vous risquez plus votre vie si vous ne jouez pas. Si l’on annonce l’annulation de cette rencontre, tous ces supporters risquent de devenir très agressifs et impossibles à maîtriser. Donc, il vaut mieux pour tout le monde que vous décidiez de jouer ce match. Vous avez donc 10’ pour rejoindre la pelouse», leur a fait savoir le représentant de la CAF. Djamel Belmadi a donc disposé de 10 minutes pour à la fois remobiliser tout le monde, mais aussi les remettre dans le bain de la compétition en évoquant une fois de plus les objectifs, à savoir qu’ils étaient venus pour gagner ce match et relancer la machine après des mois de disette. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’en plus de jouer le rôle de coach leader de cette équipe en mettant tout le monde face à ses responsabilités, l’ancien capitaine de l’Olympique de Marseille n’a pas hésité à endosser le rôle de psychologue.

Il n’a obligé personne et mis tout le monde à l’aise

Il a affirmé à ses poulains que si certains ne se sentaient pas capables pour une raison ou une autre de jouer ce match, il n’y avait aucun souci pour cela et qu’il comprendrait parfaitement : «Si quelqu’un ne se sent pas capable de jouer, pas de souci, je comprends parfaitement et je ne porterai aucun jugement. Je peux le faire remplacer et je me débrouillerai quant à la raison que j’évoquerai vis-à-vis de l’opinion publique. Je veux absolument que tout le monde soit à son aise», a-t-il affirmé à ses poulains, nous diront certains joueurs présents lors de ce match. Un discours donc qui a fait que tous les joueurs et sans exception sont rentrés sur le terrain. Un agissement que les Algériens ont salué en voyant leurs capés affronter cette foule sur la main courante. Une foule qui, pour la précision, s’est comportée de manière exemplaire du début jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre tunisien.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here