La réponse maladroite du ministre de la JS sur la corruption en Algérie

0
298
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Hattab, aurait dû se taire quand il a parlé de corruption dans le sport algérien. A une question sur l’enquête de la BBC sur la corruption dans le football algérien, Hattab a indiqué «ce qui est rapporté dans cette enquête est loin de la réalité du sport algérien qui est en train de progresser».
Hattab voulait en fait cacher «le soleil avec un tamis», pour reprendre une expression populaire bien de chez nous. Tous les Algériens, même ceux qui ne suivent pas le football et le sport, savent que le football en Algérie est pourri et rongé par la corruption, sauf le ministre qui dit «n’être pas au courant».
S’agissant du reportage de la BBC, il faut avouer qu’il ne nous apprend rien dans la mesure où la presse algérienne a déjà dénoncé la corruption dans le football en Algérie.
Des dirigeants du football algérien ont dénoncé cette situation, alors que d’autres ont fait des révélations fracassantes.
Le président de l’US Biskra avait affirmé lors d’une assemblée générale de la FAF devant les présidents de club et les caméras de la télévision que la corruption existe bel et bien en Algérie. Il s’était adressé aux présidents de club pour leur dire que «nous avons arrangé les résultats des matches».
L’ancien président de l’US Chaouia, Abdelmadjid Yahi avait déclaré qu’il avait arrangé des matches en son temps sans que la justice, la FAF ou les autorités du sport en Algérie ne réagissent. Au contraire, la FAF sous la présidence de Raouraoua l’avait radié à vie à cause de ses déclarations.
Pour ce qui est de l’enquête de la BBC, on peut supposer qu’elle n’est pas innocente dans la mesure où le timing de sa publication porte à équivoque et semble s’inscrire dans un agenda bien précis du fait de la conjoncture sensible que connait l’Algérie…
dia Algérie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here