L’EN version Belmadi commence à se déssiner

0
759

Le sélectionneur national, Djamel Belmadi, était très déçu hier après le coup de sifflet final de l’arbitre. Il venait en effet de subir sa première défaite en tant que sélectionneur national, face à une équipe réduite à dix depuis la 50’. Une défaite amère qui a montré les limites de notre sélection, et démontré aussi qu’il faut procéder à un changement au sein de l’effectif et d’injecter du sang neuf. En conférence de presse, Belmadi n’a pas manqué de fustiger le rendement défensif de ses joueurs : «Dans ce genre de match en Afrique, il faut être valeureux sur le terrain et répondre présent dans l’impact physique. Il faut être solide et savoir défendre correctement. Le but qu’on prend est inadmissible. On ne peut pas se faire avoir de la sorte. On est des internationaux. A ce niveau-là, on ne doit pas encaisser comme ça !». Le sélectionneur était très remonté contre les joueurs et compte même procéder à des changements à l’occasion de la prochaine rencontre à Lomé face au Togo, comptant pour la 5e journée des éliminatoires de la CAN 2019.

PUBLICITÉ

Feghouli indiscutable
La première décision de Djamel Belmadi, c’est le retour de Sofiane Feghouli dans le onze. Le joueur de Galatasaray a répondu de la plus belle des manières à ses détracteurs, à ceux qui l’ont écarté de la sélection sans la moindre raison. Feghouli a été tout simplement le meilleur joueur de la sélection offensivement et même défensivement. Il a été le véritable leader de cette équipe sur le terrain. Belmadi et ses collaborateurs ont beaucoup apprécié la prestation du joueur, qui a été généreux sur le terrain et qui a donné le meilleur de lui-même. Grâce à sa prestation très solide et son abattage, Feghouli gagne la confiance de Belmadi.

Le problème se pose au milieu et en attaque
Selon la même source, Djamel Belmadi a constaté que les choses n’ont pas bien marché au milieu de terrain, soit dans l’animation offensive, mais aussi en attaque où on n’a rien fait pour gagner. Pour cela, il a décidé d’axer son travail lors du prochain stage sur l’animation offensive avec son assistant, Serge Romano. Au milieu de terrain, il va essayer de trouver la meilleure formule car depuis la retraite internationale de Medhi Lacen, l’EN ne lui a pas trouvé un successeur.

La paire Tahrat – Bensebaïni tient le coup
Souvent le maillon faible de l’EN, la défense, notamment la charnière centrale, commence à trouver ses marques. La paire Bensebaïni – Tahrat s’améliore de match en match. Pour son troisième match de suite, elle a fourni une prestation meilleure. Les deux joueurs ont su faire face aux offensives béninoises. Les chiffres le prouvent aussi. En trois rencontres, elle n’a encaissé qu’un seul but et c’était en Gambie. Cette paire sera ainsi reconduite pour le match du Togo.

Farès se rachète, Ghezzal s’enfonce
Auteur d’une prestation très moyenne à Banjul, Farès s’est racheté grâce à sa bonne prestation face au Bénin. Généreux dans l’effort, le joueur de Spal a été bon défensivement et offensivement, hormis l’action du but des Ecureuils. Par contre, Rachid Ghezzal s’enfonce, il n’a été que l’ombre de lui-même. Cela a conduit Belmadi à opérer un changement à la mi-temps. Nos informations indiquent que Rachid Ghezzal fait partie des joueurs qui ont déçu le sélectionneur.

Mandi plutôt comme doublure dans l’axe
Autre joueur n’ayant pas beaucoup donné satisfaction, c’est Aïssa Mandi. Mais à la différence que défensivement, il était intraitable. Offensivement, le joueur n’a pas apporté beaucoup de choses. Du coup, Belmadi songerait à le repositionner carrément comme défenseur central et le mettre en concurrence avec le duo Tahrat – Bensebaïni. Au début, il sera une doublure jusqu’à ce que les données changent. En parallèle, Belmadi se mettra à la recherche d’une doublure pour l’excellent Youcef Attal, qui a été laissé sur le banc pour des raisons tactiques.

La volonté, la rigueur défensive et plus de discipline dans le jeu
En conférence de presse, Belmadi semble avoir compris. «Pour gagner ce genre de match, il faut afficher une volonté surdimensionnée. Il faut être à 150 % dans les impacts. On a beaucoup subi sur l’aspect physique. Jouer au ballon est quasiment secondaire dans pareilles conditions. Il faut mettre beaucoup d’ingrédients pour en sortir vainqueurs», dira-t-il. Autrement dit, il misera sur l’aspect psychologique et la carte de la motivation pour gonfler ses joueurs à bloc, et aussi sur plus de rigueur défensive et beaucoup plus de discipline dans le jeu pour pouvoir gagner en Afrique, comme l’avait fait Vahid Halilhodzic.

lebuteur


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here