Des joueurs Franco-Algériens, nés en France préfèrent jouer dans le championnat local

0
316

Nés et formés en France, plusieurs joueurs binationaux qui n’ont pas réussi à percer dans les championnats européens, décident chaque année de rebondir en Algérie afin de relancer leur carrière de footballeur.

En 2017, ils étaient 33 joueurs binationaux à évoluer dans le championnat local, la plupart  sont d’origine algérienne ayant grandi en France et qui sont retournés dans le pays de leurs parents pour poursuivre leur carrière professionnelle.

Le nombre des footballeurs franco-algériens évoluant dans le championnat local a explosé en 2015, lorsque la Fédération algérienne de football (FAF) avait interdit le recrutement de joueur étranger aux clubs algériens, en raison de litiges sur le paiement de leurs salaires.

Lors du dernier mercato estival, la JS Kabylie a réussi à attirer quatre joueurs binationaux, tous formés en France. Le Mouloudia d’Alger a enrôlé également l’attaquant franco-algérien Lyes Chaïbi. Âgé de 21 ans seulement, le joueur passé par le centre de formation de l’Olympique Lyonnais était l’un des meilleurs buteurs de la réserve de l’AS Monaco (19 buts en 2015/2016). De son coté, l’USM Alger, le club le plus riche du pays compte deux franco-algériens dans son effectif, il s’agit de Mohamed Mezghrani (24 ans) formé en Belgique et Rafik Bouderbal, né et formé à Lyon.

Salaires faramineux, motivation première :

L’une des principales raisons ayant poussé ces footballeurs à revenir en Algérie est l’argent. En effet, les salaires du championnat algérien se rapprochent de ceux de la Ligue 2 en France, voire de certains clubs de Ligue 1. Selon la Ligue de football professionnel (LFP), les salaires des joueurs sont compris entre un et trois millions de dinars algériens mensuels, soit entre 7.500 et 22.500 euros.

Conditions difficiles :

La réussite n’est néanmoins pas toujours au rendez-vous. Certains joueurs qui n’ont connu que la France sont confrontés à des difficultés d’acclimatation ; nouvel environnement, terrains synthétiques, relations avec les autres joueurs. L’aventure de ces binationaux peut parfois virer au cauchemar, découvrant des conditions de travail difficiles, ils préfèrent repartir jouer dans des divisions inférieures en Europe.

observalgérie


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here