Crise LFP, corruption, violence, l’Algérie au fond du trou depuis l’arrivée de Zetchi

0
139

Le football national est en train de vivre peut-être l’une des périodes les plus sombres de son histoire. Corruption, arbitrage, violence dans les stades, crise à la LFP, autant de tâches noires qui viennent porter un sérieux coup à sa réputation, déjà très mauvaise.

La FAF, sous l’ère de Kheireddine Zetchi, élu le 20 mars 2017, a échoué jusque-là à trouver les remèdes aux maux qui rongent le football national.

La situation va de mal en pis en dépit des nombreuses voix appelant à réformer cette discipline, ou du moins apporter « plus de rigueur dans la gestion ». Pourquoi le football en Algérie se porte si mal ? Quelles sont les raisons de cette décadence ? Et surtout quelles sont les solutions à prévoir ? Autant de question que nous essayons d’éclairer.

L’arrivée de Zetchi n’a rien changé

Élu à la tête de la FAF le 20 mars 2017 en remplacement de Mohamed Raouraoua, Kheireddine Zetchi peine à réaliser les grandes lignes de son programme, puisqu’il a échoué à réanimer un football national qui a touché le fond.

Après plus d’une année et demi de règne, Zetchi est toujours confronté aux mêmes problèmes hérités de son prédécesseur : violence dans les stades, corruption, arbitrage de plus en plus contesté, et surtout une équipe nationale qui peine à retrouver des couleu

La succession de pas moins de deux sélectionneurs à la tête des Verts sous son ère, Lucas Alcaraz puis Rabah Madjer, n’avait pas permis à l’EN de retrouver la sérénité. Dos au mur suite à deux mauvais castings, Zetchi a jeté son dévolu sur l’ancien international Djamel Belmadi qui voit en lui « la personne idéale » pour redorer le blason de cette sélection. Après trois matchs dirigés sur le banc de l’Algérie, le bilan de Belmadi est mitigé avec une victoire, un nul et une défaite.

Tout en se concentrant sur l’équipe nationale, Zetchi a fini par « ignorer » de restructurer le football au niveau interne. Le constat est accablant puisque le championnat est marqué notamment par de fréquentes scènes de violences regrettables, en plus du phénomène de la corruption révélé au grand jour récemment dans deux enquêtes publiées par deux grands médias : la BBC et France Football.

Corruption : quand la presse étrangère dévoile le linge sale

Outre un niveau technique très faible, notre championnat est miné par de cas de corruptions, mais tout en restant jusque-là sujet tabou.

« Bienvenue au Pays de la Corruption », titrait FF en Une dans son édition du 23 octobre dernier. Il s’agissait de la deuxième enquête dans son genre, après celle consacrée par le média britannique BBC en septembre dernier.

Les deux médias étrangers ont publié le barème de la vente des matches de football en Algérie, tout en illustrant leurs enquêtes par des témoignages de personnes ayant été impliquées dans des cas de corruption.

Tout en minimisant l’ampleur du phénomène de la corruption, le président de la FAF a réagi à ces deux enquêtes, en bottant en touche : « Les organes de presse et les médias sont tout à fait libres de s’exprimer. En ce qui concerne ce petit article (celui de France Football, NDLR), il n’est jamais beau de voir l’image du pays touchée ne ce serait-ce qu’à un petit degré. En lisant l’article, nous avons constaté qu’il était vide et dépourvu de toutes preuves. Le jour où nous aurons des éléments palpables par rapport à cette corruption, nous nous promettons que nous serons engagés à combattre ce fléau à travers notre commission de l’éthique. La meilleure manière c’est de laisser faire. Il y a une ligne directrice au niveau de la FAF, et nous irons en justice contre X le jour où nous jugerons au niveau du Bureau fédéral qu’il est aujourd’hui utile de le faire ».

Arbitrage : Abid Charef et les autres

Il ne se passe pas une journée de championnat dans les deux Ligues professionnelles sans que l’arbitrage ne soit contesté ou encore accusé de corruption. Les révélations fracassantes faites par le président de la JS Saoura Mohamed Zerouati en septembre dernier sont venues confirmer que rien ne va plus au sein du corps arbitral, toujours malade, en dépit de la volonté de la FAF de le restructurer.

« Lors du match perdu à domicile face au CABB Arreridj (1-0), l’arbitre était venu pour nous saboter et accomplir une mission bien déterminée sous les ordres du président de la FAF (Kheireddine Zetchi) ou bien son frère Hassan qui est en train d’exercer une pression terrible sur les arbitres. J’accuse ouvertement Zetchi, qui en dépit de mes sollicitations pour faire face aux erreurs d’arbitrage, il n’a rien encore fait. C’est une personne qui est nourrie par ses intérêts. Le frère du président de la FAF (Hassan, NDLR) est le responsable N.1 de ce que nous sommes en train d’endurer cette saison de la part des arbitres. Il a une fonction invisible au niveau de la FAF », a affirmé Zerouati. Des déclarations qui lui ont valu six mois de suspension de toute activité liée au football.

Pas plus tard que vendredi dernier, l’arbitre international Mehdi Abid Charef n’a pas été épargné suite à son arbitrage jugé « scandaleux », lors de la finale (aller) de la Ligue des champions d’Afrique entre Al-Ahly du Caire et l’ES Tunis (3-1).

Abid Charef a attiré les foudres du club tunisien, après avoir accordé deux penaltys aux Égyptiens, jugés « imaginaires » par l’EST, tout en recourant à chaque fois à la VAR (assistance vidéo à l’arbitrage).

Le compte twitter du club tunisien a qualifié de « mascarade » l’arbitrage de l’Algérien, qui était considéré jusque là comme l’un des meilleurs arbitres du pays. Zetchi a même reconnu qu’Abid Charef « n’avait pas fait une grande finale ».

Abid Charef reflète parfaitement tout le mal qui ronge l’arbitrage algérien, qui a besoin d’une véritable refonte générale pour éviter ce genre d’erreurs et ne pas influencer l’issue d’un match.

Violence dans les stades : silence, on agresse

La FAF et la LFP ont confirmé leur impuissance à faire face au phénomène de la violence dans les stades, qui a pris cette saison des proportions alarmantes. Censé constituer un moment de détente et de spectacle, un match de football en Algérie n’est jamais une distraction.

Le dernier triste épisode s’est déroulé le 20 octobre dernier à l’issue du match CABB Arreridj – MC Alger (0-1) disputé au stade du 20-août 1955 de Bordj dans le cadre de la 11e journée du championnat de Ligue 1, marquée par des scènes de violences et d’agressions sans précédent. Des supporters du CABBA ont envahi la pelouse juste après la fin du sifflet final de l’arbitre Lahlou Benbraham, pour agresser des joueurs du MCA. Des images ont circulé sur les réseaux sociaux montrent notamment le capitaine du Mouloudia Abderrahmane Hachoud évanoui à terre après avoir été poignardé à la main droite.

La première personne pointée du doigt reste le président de la LFP Abdelkrim Medouar, dont l’instance a échoué jusque-là à stopper l’hémorragie, se contentant à travers sa commission de discipline à infliger la sanction du huis clos, qui a souvent prouvé son inefficacité puisque des cas de récidives sont légion.

La décision d’interdire la présence en déplacement des supporters du MCA et du CSC en Ligue 1 et aux fans du MCE Eulma et de l’US Biskra en Ligue 1 lors de la double confrontation mettant aux prises ces équipes cette saison en championnat, n’était finalement qu’un feu de paille puisque des mesures concrètes et fermes devront être prises pour lutter contre le fléau et éviter le pire.

| LIRE AUSSI : Ligue 1 : la violence dans les stades de retour

Crise LFP : le coup de grâce

La crise vécue ces derniers jours au sein de la Ligue de football professionnel (LFP) est venue porter le coup de grâce à un football qui a touché le fond sur tous les niveaux.

Le report du choc de la 13e journée USM Alger – JS Kabylie qui devait se jouer mardi avant d’être reprogrammé au vendredi 9 novembre, a fini par faire « exploser » le Bureau exécutif de l’instance. En effet, cinq des six membres du BE ont décidé de se rebeller contre le président Abdelkrim Medouar, en gelant leurs activités en guise de contestation à ses décisions « unilatérales » prises depuis son élection le 21 juin dernier.

Cette rencontre programmée initialement lundi 5 novembre a été décalée de 24 heures ce qui n’a pas été du goût du président de la JSK Chérif Mellal. Ce dernier n’a pas hésité à tirer à boulets rouges sur Medouar le qualifiant « d’incompétent » et d’ « incapable », tout en lui demandant de démissionner de son poste.

Mellal a également chargé le directeur général de l’USM Alger Abdelhakim Serrar en l’accusant de « grand hypocrite et magouilleur, qui est derrière toute cette fitna ». Des accusations par presse interposée, loin d’arranger les affaires de notre de football.

Aux dernières nouvelles, les cinq membres du Bureau exécutif ont saisi mercredi le président de la FAF par courrier pour une audience afin de trouver une solution à ce problème.

| LIRE AUSSI : Déclarations de Mellal et Saâdane, Abid Charef, corruption, EN : Zetchi vide son sac

« Le football algérien n’a plus d’avenir »

Devant cette situation chaotique que traverse le football, nous avons jugé utile de solliciter le témoignage du président de l’USM El-Harrach Mohamed Laïb, doyen des présidents des clubs professionnels, et ancien président de la FAF en 1996.

« Franchement, au train où vont les choses, le football algérien n’a plus d’avenir. Nous avons un grand déficit de compétences dans nos structures. Il n’existe aucune relation humaine entre le président de la FAF et les clubs. Personnellement, j’ai demandé audience à Zetchi, mais il a refusé de me recevoir. Pensez-vous réellement qu’avec ce genre de comportements on pourra avance ? », s’interroge, dépité, Laïb.

Pour le patron de l’USMH, le football algérien manque « terriblement d’une stratégie dans sa manière de gestion. Le professionnalisme n’a pas encore atteint ses objectifs. Il existe un grand fossé entre les clubs sur le plan financier : il y a de l’argent qui est dépensé à tort et à travers au sein de certaines formations, alors que d’autre souffrent le martyr. Il doit y avoir une répartition équitable ».

Laïb a même contesté le nouveau projet initié par le président de la FAF concernant la construction de quatre centres technique fédéraux : « Je m’interroge sur l’intérêt de la réalisation de ces centres de formation à un coup très élevé. Zetchi aurait pu suivre les dernières recommandations du ministre de la Jeunesse et des Sports sur la rationalisation des dépenses. Il existe des centres à l’abandon, il faudra les rentabiliser au lieu de construire de nouvelles structures, ce qui permettrait des faire des économies ».

Comme solutions, Laïb juge nécessaire d’instaurer « une organisation irréprochable et une rigueur de fer, le tout géré par des compétences pour qu’on puisse redonner vie à notre football. Sans ça, je reste très pessimiste. En ce qui me concerne, c’est probablement ma dernière saison dans le domaine de football, le milieu est devenu tellement pourri que j’en peux plus ».

TSA


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here