CAN 2019: Le Cameroun n’a pas encore dit son dernier mot

0
198

«Comment peut-on retirer une compétition comme la CAN 2019 a un pays lorsque ses stades sont à 80% achevés et qu’il reste 6 mois. Le Cameroun a largement les infrastructures pour organiser cette CAN 2019, par contre sur l’aspect sécuritaire il y a vraiment du souci à se faire surtout dans la région du Sud-Ouest.»

Ce commentaire résume un petit peu l’état de choc et de consternation qui s’est emparé du Cameroun vendredi passé après l’annonce faite par la CAF, concernant le retrait officiel de laa prochaine CAN au Cameroun. Les messages de condamnation ont fusé de partout, notamment dans le monde du foot, puisque plusieurs anciens joueurs et entraîneurs ont apporté leur soutien au Cameroun comme pays, qui, selon eux, devait avoir sa chance, d’autant plus que le président de la République avait promis de tout préparer dans les délais.

Le président Biya en fait une affaire personnelle

Du côté du gouvernement camerounais, Paul Biya ne veut pas se taire, certains ont laissé entendre qu’il ne va pas défendre son pays étant donné qu’il a atteint son principal but, à savoir être élu pour la 7e fois de suite, mais en réalité, ce dossier est le 1er gros examen sur la table du président camerounais et d’après des échos en provenance du Cameroun, Paul Biya ne compte pas se taire et frappera aux portes qu’il faut pour recouvrer les droits subtilisés par la CAF d’Ahmad Ahmad. Biya qui comptait sur cette CAN pour relancer la machine économique de son pays et de permettre à sa jeunesse de prendre part à la fête du renouveau voit, tout d’un coup, son principal plan échouer, c’est carrément sa crédibilité et celle de son programme qui reçoivent un coup, il avait hâte de montrer que son pays était capable de relever ce défi et de montrer aussi que le pays était sûr, et que malgré tout ce qui se passe avec Boko Haram et les séparatistes des régions ouest le pays reste debout, il ne s’attendait pas à ce que la CAF aille au bout de ses menaces et prenne une décision aussi humiliante pour le Cameroun et pour Biya.

La diplomatie à la rescousse

Ainsi, le Cameroun a pris la décision de se défendre crânement. Les Camerounais savent que tant le pays remplaçant n’a pas encore été annoncé officiellement il y a de la place pour une manœuvre visant à récupérer cette CAN, une machine diplomatique va se mettre en marche et tout un réseau va se tisser autour de ce dossier, il faut dire que Hayatou qui s’est retiré du monde de la gestion reste un citoyen camerounais avec beaucoup de contacts et peut à lui seul prendre le dossier en main, le souhait de l’Etat camerounais est de convaincre  la CAF de faire machine arrière, car sa décision est officiellement rejetée comme le faisait si bien comprendre le ministre de la Communication Issa Tchiroma bakary samedi lors de la conférence de presse, qui a dénoncé une «injustice flagrante» et a demandé aux Camerounais de garder leur calme malgré leur déception. «Le gouvernement demande au peuple camerounais de garder la tranquillité et de ne pas céder aux provocations stériles, le Cameroun n’a pas démérité. Il poursuivra la construction des infrastructures. Notre pays continuera à œuvrer sans relâche au développement du football africain», a-t-il promis sans oublier de faire part de la déception du gouvernement vis-à-vis de la décision incomprise de la CAF. Si la réponse était assez sage c’est parce que les Camerounais gardent l’espoir de récupérer leur CAN et, surtout, parce qu’ils savent qu’Ahmad Ahmad est quelqu’un de correct, sa décision repose sur des rapports reçus et pourrait facilement revoir sa position s’il reçoit des garanties.

Récupérer le bien

Ce retrait de la CAN 2019 a même permis aux plus solides opposants de la FECAFOOT à l’image d’Abdouraman Hamadou Babba de se mettre du côté de son pays, sans rater l’occasion de mettre la pression sur les dirigeants provisoires de la fédération. « Je pense très sincèrement et très humblement que nous avons la possibilité de faire reculer la CAF et de conserver l’organisation de cette CAN»,, a-t-il déclaré, cela résume la situation, personne ne veut perdre espoir, le Cameroun n’a pas perdu, le Cameroun s’accroche, le pays d’Eto’o ne semble pas avoir dit son dernier mot, les prochaines semaines vont être riches en enseignements.

compétition


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here