Belmadi refuse de se laisser faire, la FAF gêné par son comportement

0
1138

Le sélectionneur national, Djamel Belmadi, fait face à un environnement hostile en équipe nationale et à la FAF en raison de sa forte personnalité. Refusant de se laisser faire, Belmadi se retrouve sur un terrain miné.
En ce sens, depuis qu’il a été désigné à la tête de la sélection nationale, il fait face à des situations qui lui sont hostiles surtout qu’il a refusé la moindre immixtion sur le plan technique. Belmadi ne fait aucune concession quand il s’agit de défendre ses prérogatives.
Il aura ainsi mis fin à des pratiques devenues une tradition ancrée à la FAF. La dernière décision prise par Belmadi consistait à ne pas retransmettre à la télévision les deux matches amicaux disputées par la sélection nationale contre ses homologues du Burundi (1-1, mardi dernier) et le Mali (3-2, hier dimanche).
Pourtant, la FAF avait signé une convention avec une boite de communication privée qui avait négocié avec la chaîne TV qatarie Al Kass pour la retransmission des deux matches. Belmadi a refusé car il n’a pas été consulté par la FAF, sachant qu’il y a beaucoup d’argent derrière la convention de retransmission des deux matches. Belmadi a refusé que l’image de l’équipe nationale profite à une poignée de personnes à la FAF.
Belmadi a également refusé que des joueurs lui soient imposés par des gens de la FAF, ce qui explique sa décision de sélectionner Slimani, bien que ce joueur manque de compétition. Des responsables de la FAF avaient orchestré une campagne contre Slimani afin de pouvoir imposer les joueurs de leur choix.
Il a également sélectionné Andy Delort à la place de Belkebla qu’il avait écarté par mesure disciplinaire. Des responsables à la FAF ont même tenté d’imposer Benkhemassa à la place de Belkebla d’où la décision de Belmadi de faire appel à Delort qui a inscrit un but contre le Mali hier dimanche.
Il se trouve donc que ces responsables à la FAF se sont joliment trompés car le sélectionneur de l’équipe nationale a pour nom Djamel Belmadi. Depuis qu’il est nommé sélectionneur national, il a écarté de manière progressive ceux qui se sucraient de l’équipe nationale.
La question qui s’impose, c’est de savoir si Belmadi pourra tenir à la tête de l’équipe nationale face à un environnement hostile, sachant qu’il connait presque le même sort que Vahid Halilhodzic qui avait imposé sa discipline à la FAF et en sélection. Halilhodzic avait fini par partir sous la pression des responsables de la FAF de l’époque.
Aujourd’hui aussi Belmadi subit la même pression. Les actuels responsables de la FAF avaient recruté Belmadi par défaut, sous la pression des supporters de l’équipe nationale. Les responsables de la FAF se sont rendus compte que Belmadi n’est pas facile à gérer et les gêne grandement dans leurs affaires…

dia algérie


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here