Bennacer remplit bien son rôle en remplaçant Biglia contre la Lazio (vidéo)

0
181

Alors que son équipe milanaise a encore été battue en Serie A, le milieu algérien a fourni une brillante prestation contre la Lazio. L’une de ses meilleures même depuis son arrivée en Lombardie.

C’était le rendez-vous à ne pas manquer pour Ismaël Bennacer. Un grand classique de la Serie A contre la Lazio, dans un stade de San Siro bouillant et aussi un contexte propice pour une belle performance, avec cette deuxième titularisation de suite obtenue et à un moment où son équipe renoue avec les bons résultats. En somme, l’opportunité idéale pour se distinguer et gagner définitivement ses galons de titulaire chez les Rossonerri. Et notre représentant l’a parfaitement saisie, avec comme seul et unique regret au coup de sifflet final c’est que cela n’a pas suffi pour éviter un nouveau revers aux siens.

Aligné d’entrée pour la cinquième fois en championnat avec les Rossonerri, dont la deuxième d’affilée, l’international algérien a été rayonnant durant la majeure partie de la rencontre, ne connaissant que très peu de temps faibles. Stefano Pioli, son entraineur, l’a d’ailleurs maintenu sur le terrain jusqu’au bout. Pourquoi se priver d’un élément en pleine confiance et qui est bien lancé depuis quelques matches ?
Avec ses deux compères du milieu que sont Paqueta et Krunic, on a vu Bennacer d’entrée très impliqué et soucieux de ressortir proprement le ballon. Une entame intéressante, individuellement et collectivement, mais qui n’a pas pu empêcher l’adversaire de marquer en premier. Ciro Immobile a ouvert le score de la tête, suite à un centre de Manuel Lazzarri et que Bennacer n’a pu éviter malgré son retour à toutes enjambées.

Une deuxième période de très belle facture

Un coup dur mais qui n’a pas déstabilisé le natif d’Arlès. Loin s’en faut. Trois minutes se sont à peine écoulées après ce but lorsqu’il s’est retrouvé à l’origine de l’égalisation des siens. Montant d’un cran sur le terrain, il fut à l’avant-dernière passe sur l’égalisation de Krszystof Piatek, même si le ballon a été contré dans ses propres filets par Bastos (28e). De plus en plus en confiance, Bennacer s’est ensuite permis quelques centres dans la surface. Le premier (32e), après un une-deux soyeux avec Piatek, n’a pas trouvé de preneur. Le second, en revanche, a atterri sur la tête d’Anté Rébic (36e), qui n’a pas su en profiter, en cadrant mal sa reprise. Préposé également aux corners sur le côté gauche, le Fennec a été efficace dans cet exercice et sans un arrêt miraculeux de Strakosha sur sa ligne, il aurait pu être passeur décisif.

Après s’être permis quelques montées et initiatives dans le dernier tiers du terrain, Bennacer s’est astreint en seconde période à son travail de relayeur après que son équipe a levé le pied quelque peu. Et il l’a très bien fait, signant plusieurs interventions dans les pieds adverses, et en stoppant deux offensives plein axe des Romains (70e et 74e) lorsque le score était d’un but partout. Un travail d’orfèvre, corroboré par les chiffres. Tant au niveau des récupérations (11) que des interceptions (3), il a signé son meilleur total sur un match depuis qu’il est à Milan. Et, il s’est aussi distingué par la précision de ses passes dans sa moitié de terrain (95,83%). La preuve qu’il joue simple, propre et privilégie la prudence au départ des actions.

 

L’autre point à relever c’est que Bennacer a touché pas moins de 80 ballons durant cette partie. Il n’y a que face à la Fiorentina (104 passes) où son activité était plus importante. C’est la preuve qu’il se montre de plus en plus entreprenant, couvrant un maximum du terrain. Et aussi que ses coéquipiers le sollicitent de plus en plus. S’il est trop tôt pour décréter que l’intégration de l’ancien Gunner aux Rossonerri est réussie, force est de reconnaitre qu’il a pris ses marques et que son rendement monte crescendo au fil des matches.

 

La presse italienne l’a encensé

La montée en puissance de Bennacer a d’ailleurs été saluée ce matin par les différents journaux spécialisés en Italie (voir photo ci-dessus). Ça a été le cas de La Gazzetta dello Sport, qui lui a accordé la deuxième meilleure note de son équipe (6,5, derrière Krunic) en relevant qu’après un petit quart d’heure de mise en jambes le champion d’Afrique s’est libéré et a été très convaincant avec un énorme travail dans la récupération. La Corriere dello Sport a été encore plus sous le charme, accordant la note la plus haute de l’AC Milan à Bennacer (7), insistant même sur le fait qu’il a été le seul Rossonerro à surnager durant le deuxième acte. Tuttosport a abondé dans le même sens en précisant que le numéro 4 milanais commence à exploiter tout son potentiel et qu’il est parvenu à briller même quand son équipe a été rattrapée par ses errements.

Utilisé avec parcimonie lors de ses premières semaines en Lombardie, Bennacer commence donc à répondre aux attentes au sein de sa nouvelle équipe. Et cette prestation pleine face aux Biancocelesti a même de quoi le rendre incontournable aux yeux de Stefano Pioli. Il est juste dommage que ses progrès n’ont pas trouvé de prolongement au niveau du tableau d’affichage avec ce 6e revers des siens. Mais, ça peut être un mal pour un bien afin qu’il reste en éveil, évite de se reposer sur ses acquis et s’attèle à élever encore plus son niveau de jeu. Connaissant le bonhomme et son gout pour l’effort, il n’y a objectivement pas trop d’inquiétude à se faire à ce sujet.

dzfoot


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here