CAN 2021: Le Cameroun à nouveau dans l’embarras, l’Algérie doit se tenir prête

0
8649

Le Cameroun ‘’à nouveau’’ sous pression, la CAF dans l’embarras

 

Il y a presque un mois, on vous apprenait ici même en exclusivité l’intension de la CAF de revenir à l’organisation de sa compétition phare, à savoir la Coupe d’Afrique des nations en janvier. La décision de la FIFA d’organiser une coupe du monde des clubs en juin a partir de l’année 2021 en Chine a poussé l’instance africaine à revoir ses plans. Dos au mur, Ahmad n’a pas pu dire non, lui qui, il faut dire, est devenu impuissant face aux ordres qu’il reçoit sans cesse de la FIFA. En attendant l’annonce officielle de ce retour attendu de la compétition vers le mois de janvier au lieu de juin, la CAF tente actuellement de préparer le terrain pour faire cette annonce sans devoir en assurer les conséquences. Il faut dire qu’avancer une compétition de 5 ou 6 mois nécessite plusieurs facteurs, entre autres l’aptitude à 100% du pays hôte de la compétition à savoir le Cameroun. Ceci dit, le pays des Lions indomptables n’est pas tout à fait prêt à accueillir cette 2e CAN à 24 équipes, et ce, malgré les deux années de plus qu’ils ont eues pour terminer leurs projets. Le glissement qui a eu lieu pour permettre à l’Egypte d’accueillir la première édition de la CAN dans son nouveau format, en permettant au Cameroun d’hériter de l’organisation de la CAN 2021, la Côte d’Ivoire celle de 2023 et la Guinée en 2025, a permis au pays de Paul Mbiya de mieux l’organiser. Mais aux yeux de la CAF, ces deux ans peuvent ne pas suffire et risquent d’être courts. Des missions d’inspection ont été dépêchées récemment sur place pour inspecter les infrastructures prévues pour le CHAN, décalé au mois d’avril. D’autres missions vont mettre la pression prochainement pour mettre le Cameroun devant le fait accompli ; le pays ne dispose que d’une année pour terminer ses projets. A une année, le pays se permet encore des décisions comme celle qui a été prise par le ministère des Sports il y a deux jours.

 

Les Camerounais paniquent et bougent

L’entreprise italienne Piccini s’est vu retiré par le ministre Camerounais des Sports le marché de la construction du complexe sportif d’Olembe à Yaoundé en vue de la CAN 2021.

Face aux nombreux retards constatés, Gruppo Piccini s’est vu retirer le marché d’un des plus grands stades destiné à abriter des rencontres de la CAN 2021. L’enceinte tarde à voir le jour complètement, alors que le marché a été signé dès le 30 décembre 2015 entre le Cameroun et l’entreprise italienne.

Le groupe italien s’est défendu hier, reprochant aux Camerounais leur manque de soutien financier. «Après tout ce que nous avons fait et subi, nous n’en revenons pas. C’est une décision absurde et injuste (…) On avait convenu le mois dernier d’accélérer les travaux avec le client et de mobiliser les ressources contre reprise des paiements. Nous avons avancé de manière significative arrivant à être en mesure de terminer la pelouse pour décembre 2019. Maintenant, cette décision risque de compromettre le projet de manière définitive», a affirmé Makonnen Asmaron, le président du groupe Piccini en personne.

Ce qui est sûr, la CAF donnera le temps nécessaire au Cameroun pour atteindre son objectif, mais préparera son fameux plan B. Le nom de l’Algérie a souvent été cité dans la presse africaine à chaque fois pour mettre la pression sur les Camerounais. Attendons pour voir.

compétition


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here