La FAF doit intervenir sur le transfert de nos jeunes Algériens vers les pays voisins

0
430

Encore un joueur algérien qui quitte le championnat national pour décrocher un contrat à l’étranger. La destination n’est pas l’Europe malheureusement puisque l’attaquant nahdiste, Zerdoum, a décidé de rejoindre le pays voisin, la Tunisie, en signant au profit de l’ES Sahel. Il s’agit du deuxième joueur du NAHD transféré durant ce mercato vers la Tunisie où le défenseur central, Mohamed Amine Tougaï, a signé quant à lui au profit du club phare de la capitale, l’ES Tunis. Il faut dire que depuis un an, il y a un exode des joueurs algériens vers le championnat tunisien. Aujourd’hui, on peut noter la présence de pas moins de douze joueurs au sein des clubs huppés du championnat de Tunisie de première division comme l’ES Tunis, l’ES Sahel, le CS Sfaxien ou le Club Africain, sans comptabiliser les autres clubs qui forment l’élite du championnat tunisien. La situation devient très alarmante ici dans notre championnat dont le niveau ne cesse de régresser. La Fédération algérienne de football doit intervenir pour mettre fin à cette saignée qui influe sur le niveau de notre football et de notre championnat.

Les meilleurs locaux quittent la L1 pour le pays voisin
Dans tout ça, c’est les meilleurs joueurs locaux qui sont en train de quitter le championnat national pour rejoindre le pays voisin. En Tunisie, les dirigeants de l’EST, l’ESS, le CSS ou le Club Africain ciblent toujours les joueurs qui brillent en Algérie. On a vu durant l’été que l’EST, par exemple, le double champion d’Afrique, a décidé d’investir dans la filière algérienne en rachetant le contrat de Lyès Chetti de la JSK, de Abderaouf Benghit du Paradou AC en plus de la signature gratuite de Mohamed Bedrane et Billel Bensaha. L’ES Sahel a recruté quant à lui Salim Boukhenchouche et Karim Aribi. Le CS Sfaxien a fait signer un jeune prometteur, à savoir Islam Bakir. Les clubs tunisiens sont  satisfaits de la filière algérienne, et donc ont décidé d’y avoir recours durant ce mercato. L’ES Tunis  a recruté deux joueurs algériens, à savoir Abderahmane Meziane en provenance d’Al Aïn des Emirats Arabes Unis en plus du défenseur du NAHD, Mohamed Amine Tougaï. L’ES Sahel a recruté  l’attaquant Zerdoum, également du NAHD.

Des joueurs comme Meziane, Zerdoum, Tougaï et Chetti présentent un projet d’investissement
Les joueurs algériens sont ainsi devenus importants chez l’EST ou l’ESS qui sont aussi des clubs huppés sur le plan africain où ils dominent les compétitions africaines et jouent les premiers rôles, contrairement à l’Algérie où des clubs comme l’USMA, le MCA, l’ESS ou la JSK peinent sur le plan continental et n’arrivent pas à être constants. Tougaï, Zerdoum, Meziane et Chetti présentent un projet très intéressant sur le plan sportif mais aussi sur le plan financier puisque la vente de ces joueurs, une fois qu’ils s’affirment sur le plan continental, permettra aux clubs tunisiens de récolter de grosses sommes d’argent, comme cela a été le cas avec Youcef Belaïli, transféré à Al Ahly Djeddah pour la somme mirobolante de 3 millions d’euros, alors qu’il avait signé gratuitement chez l’ES Tunis. Les clubs tunisiens réussissent ainsi ce genre d’investissement car il s’agit de véritables clubs professionnels. L’ES Tunis ou l’ES Sahel n’ont rien à envier aux clubs de Ligue 1 française à l’exception du Paris SG, tellement tout fonctionne bien. Une triste réalité qui démontre que notre football est bien loin du compte et qu’il n’a rien de professionnel.

La mauvaise gestion des clubs algériens exploitée
En Tunisie, on exploite bien l’amateurisme du football algérien, soi-disant professionnel. Un petit exemple, le NAHD qui a vendu ses deux meilleurs joueurs, Tougaï et Zerdoum, durant ce mercato, ne bénéficiera pas plus de 550 000 euros, une somme loin de régler les immenses problèmes financiers du club banlieusard. Au contraire, sur le plan technique, le NAHD sera privé de deux éléments importants et risque sérieusement de souffrir durant cette seconde partie de championnat. Sur le plan commercial, les deux clubs qui ont racheté les contrats de Zerdoum et Tougaï, pourront vendre les joueurs en question à coup de millions d’euros.

Haddad, le parfait exemple de la mauvaise gestion   
Dans notre football, il y a un exemple parfait de mauvaise gestion et d’incompétence. Contrairement à Kheireddine Zetchi qui a enrichi les caisses de son club à travers les transferts des joueurs à l’étranger, le dernier d’entre eux, Abderaouf Benghit, contre la somme de 800 000 euros à l’EST, Rebouh Haddad n’a pas fait gagner un petit dinar aux caisses de l’USMA. Avec lui, l’USMA ne faisait que sortir l’argent, sans le moindre bénéfice. Ayoub Abdellaoui, Abderahmane Meziane, Zinedine Ferhat et Oussama Darfalou sont tous partis gratuitement en étant en fin de contrat. Courtisés au moment où ils étaient sous contrat, Rebouh Haddad avait refusé de les vendre et pour les convaincre de rester, il augmentait leur salaire. Aujourd’hui, l’USMA n’a aucun sou et paye la politique de son ancien propriétaire qui ne pensait pas à l’intérêt de son club.

 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here