Latéral droit: Les 5 solutions pour remplacer Youcef Atal

0
1717

À environ un mois et demi de la prochaine date FIFA (23-31 mars) qui verra l’Algérie affronter le Zimbabwe dans une double confrontation décisive pour les qualifications de la prochaine CAN 2021, l’indisponibilité confirmée de Youcef Atal pose la question des potentiels prétendants au poste d’arrière droit. Petit tour d’horizon de la TeamDZ.

Réda Halaïmia, candidat le plus sérieux

Âgé de 23 ans, Mohamed Réda Halaïmia confirme chaque semaine en Belgique les espoirs placés en lui. En effet, l’ancien joueur du MC Oran effectue une saison de haute facture au sein du club belge de Beerschot Antwerpen (Division 2). À son départ d’Algérie, le natif d’Oran avait déjà cumulé une centaine de matchs dans l’élite algérienne, et ce, à tout juste 22 ans.

Titulaire indiscutable pour sa première saison en Belgique (déjà 20 matchs disputés – 1 but et 1 passe décisive), ses prestations n’ont pas laissé le sélectionneur national indifférent puisqu’il fut convoqué pour le dernier stage des Verts, en novembre dernier, lors des deux victoires face à la Zambie et au Botswana. De plus, son profil (1m80) offre plusieurs alternatives à Djamel Belmadi. L’ancien hamraoua pouvant évoluer dans une défense à quatre en tant qu’arrière droit mais également dans un système à trois défenseurs centraux en tant que « piston » droit sur le couloir. Très à l’aise balle au pied, il est également rarement pris à défaut dans les duels, en témoigne son seul carton jaune pris depuis le début de la saison en Proximus League. Sans l’ombre d’un doute, l’expérience africaine (il a participé à la CAN U23 en 2015), la compétitivité et la polyvalence de Réda Halaïmia font de lui l’un des candidats crédibles, si ce n’est le plus crédible, pour remplacer Youcef Atal lors des prochaines rencontres prévues en mars prochain. Avec un profil plus sécurisant défensivement et une meilleure qualité de centre, il pourrait, également, venir concurrencer le joueur niçois sur le long terme.

Houcine Benayada toujours à l’affût

Un Oranais peut en cacher un autre au poste de latéral droit. Véritable élément clé du onze constantinois depuis maintenant quatre saisons, Houcine Benayada (27 ans) n’en finit pas de faire parler de lui lorsque l’on évoque les arrières droits potentiellement sélectionnables en EN. Initialement défenseur central, le double champion d’Algérie (2016, 2018) a, dès son arrivée au sein du club de Cirta, coulissé à droite pour laisser place à la charnière Zaalani-Chahrour.

Dôté d’une qualité de centre très appréciable, mais également d’une grosse frappe de balle, l’ancien usmiste a déjà, à son actif, 6 buts et 22 passes décisives toutes compétitions confondues depuis son arrivée au CS Constantine. Des statistiques peu communes pour un arrière droit. Barré en sélection par la concurrence (Atal, Loucif, Halaïmia), le latéral droit constantinois doit tout mettre en œuvre pour être présent dans la liste des 23 du mois de mars prochain et ainsi « profiter » de la blessure d’Atal, s’il veut, enfin, s’inscrire au sein du projet de Djamel Belmadi.

Mehdi Zeffane, sous réserve de temps de jeu

Sans club depuis le début de la saison, Mehdi Zeffane (27 ans, 15 sélections) vient, tout juste, de s’engager en faveur du Krylia Sovetov Samara, 15ème du championnat russe. En manque de temps de jeu flagrant depuis les six derniers mois, le joueur formé à l’OL s’est entraîné seul avec un préparateur physique mais également depuis le mois de décembre avec le club de Villefranche, pensionnaire de National. Au vu de ses derniers mois, on voit mal comment Djamel Belmadi pourrait l’inclure dans la prochaine liste des 23. À moins que l’ancien Rennais n’enchaîne les bonnes prestations d’ici à la mi-mars avec son nouveau club en Russie.

Le récent champion d’Afrique a, également, l’avantage d’avoir satisfait le sélectionneur national lorsque celui-ci l’avait titularisé pour pallier la blessure de Youcef Atal lors de la CAN 2019 en Égypte. De nature très pragmatique, l’ancien coach d’Al Duhail n’avait pas tari d’éloges sur les prestations d’un joueur que tout le monde juge très moyen. « Zeffane vous l’avez vraiment écorché. Il a quand même bloqué Mané et Musa. Des joueurs sont venus me voir avant le match face au Nigeria pour savoir comment on allait s’organiser sans Atal. Ils doutaient aussi de Zeffane. Je leur ai dit qu’on allait lui faire confiance et s’organiser tactiquement. On a vu le résultat. Je tire mon chapeau à Mehdi ». En attendant, le natif de Sainte-Foy-Lés-Lyon devra accumuler assez de temps de jeu pour convaincre le sélectionneur qu’il est de nouveau apte à jouer dans le contexte africain.

Aimen Bouguerra, la fraîcheur

Oui, encore un joueur du Paradou, nous diriez-vous, Aimen Bouguerra (23 ans) fait, lui aussi, partie de cette très prometteuse génération du club de Hydra. Sur les hauteurs d’Alger, il ne fait aucun doute que l’arrière droit paciste est le digne héritier de Youcef Atal et Haïthem Loucif partis monnayer leur talent sur le Vieux continent.

Tout juste âgé de 23 ans (né en janvier 1997), le natif de Bordj Ghedir impressionne par sa précocité mais aussi sa justesse technique. On se rappelle, notamment, de son magnifique coup-franc en Coupe de la Confédération CAF face aux Ougandais du Kampala City FC. Actuellement blessé, l’international U23 n’a pas pu disputer la dernière rencontre face à l’US Biskra (2-0). Il n’en demeure pas moins qu’Aimen Bouguerra, tout comme son coéquipier et concurrent au poste Islam Arous (1 sélection en A, lui aussi blessé), peut à moyen-long terme entrer dans une liste de joueurs potentiellement sélectionnables en EN.

Haithem Loucif, un cas particulier

En ballotage avec Mehdi Zeffane pour accompagner Youcef Atal en Égypte l’été dernier, Haithem Loucif n’a, finalement, pas disputé la dernière Coupe d’Afrique des Nations. Son profil offensif ressemblant un peu trop à celui du latéral niçois selon Belmadi. Sa saison 2018-2019 réussie avec le PAC lui a permis, dans la foulée, de signer en faveur du SCO d’Angers, pour une durée de 4 ans. Il a, par ailleurs, reçu les encouragements du coach national lors de son transfert en Anjou. « Je suis très heureux pour Hichem Boudaoui et Haithem Loucif. Je sais qu’ils vont progresser au contact du haut niveau et de l’élite de la division française, ils vont passer des niveaux ». Seulement voilà, le club angevin a décidé, dans un premier temps, de le faire évoluer avec l’équipe réserve.

À l’aube de ses 24 ans, Loucif semble prendre du retard sur ses principaux concurrents cités ci-dessus au poste d’arrière droit et l’on ne voit pas comment Djamel Belmadi pourrait faire appel à lui pour les prochaines échéances de mars et juin 2020. Petite lueur d’espoir, il a pu participer à quelques entraînements avec le groupe professionnel ces dernières semaines. Sélectionné à deux reprises en équipe nationale, le natif de Batna figure, néanmoins, parmi ces joueurs pouvant rayonner au sein du groupe Algérie.                                Source : la gazette du fennec 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here