Maintenant entraîneur en Suisse, l’adjoint à Rajevac revient sur son parcours en équipe d’Algérie

0
3284

La folie algérienne

Dans un pays follement épris de sa sélection, le tandem Rajevac-Cvijetic n’a pas vraiment eu le temps de s’installer, pas plus que Georges Leekens, Lucas Alcaraz ou Rabah Madjer, qui ont tous assumé cette fonction en l’espace de deux ans. «En Algérie, le football est un projet d’Etat, explique Cvijetic. Nous sommes arrivés dans une dynamique négative. Le Ministre des sports a changé. Certains joueurs étaient proches de l’ancien sélectionneur. Si bien que cela n’a pas mieux marché pour ceux qui nous ont succédés. Bref, il était compliqué de construire quoi que ce soit. Le football algérien a dû se chercher un peu avant de devenir la grande nation africaine qu’il est désormais, avec sa victoire à la dernière CAN. Mais j’ai été fier de porter ses couleurs.» Réinstallé à Genève, où il a repris l’enseignement depuis deux ans, Kristian Cvijetic a eu besoin d’un peu de temps pour revenir dans le foot. Ce fut son arrivée à la tête de l’Olympique de Genève l’été dernier. «Un challenge intéressant, car c’est un nouveau club, à développer.» Encore plus avec une première équipe qui a totalement bougé cet hiver et qui repart avec de très jeunes joueurs. L’occasion de mettre une nouvelle fois à l’épreuve sa capacité d’adaptation.                        Source : TDG.ch


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here