Alors que tout le monde croyait qu’il allait enfin relancer sa carrière en s’engageant l’été dernier avec Angers SCO (Ligue 1 française), le milieu terrain offensif algérien Youcef Belaili a fini par reprendre ses vieilles habitudes de “têtu” en revenant à l’ES Tunis pour un contrat de deux saisons et demie. Un choix de carrière contesté pour un joueur pétri de qualit

Ayant fait ses classes au RCG Oran, Belaili (25 ans) aurait pu avoir une carrière beaucoup plus florissante eu égard de son talent, mais au moment où tout marchait bien pour lui en rejoignant un championnat réputé, c’est le destin qui le fait reculer en arrière, faute de bonnes décisions. Retour sur une carrière d’un joueur controversé.

À l’USM Alger, de la gloire au déclin

Après deux saisons au MCO, ses performances ont convaincu l’une des grosses écuries africaines, l’Espérance Sportive de Tunis, de l’enrôler. Il goûte ainsi dans le pays voisin, aux premiers matchs continentaux de sa carrière et même à la finale de Ligue des Champions d’Afrique en 2012, finalement remportée par le club égyptien d’Al-Ahly du Caire.

Pour ponctuer une année faste, Youcef est élu meilleur espoir du football algérien. Sa progression se poursuit encore une saison en Tunisie, avant qu’il ne décide de rentrer en Algérie, à l’USM Alger, un club qui allait lui permettre de connaitre le summum de sa carrière avant de sombrer.

Avec le club phare de Soustara, Belaili compte 41 apparitions, réussissant à marquer 13 buts. À la faveur du titre de champion décroché en 2014 par l’USMA, Belaili prend part avec sa nouvelle formation à la Ligue des champions 2014-2015. Une compétition, qui allait être fatale dans la suite de la carrière du joueur.

Logée dans un groupe B inédit en présence également de deux autres clubs algériens : le MCE Eulma et l’ES Sétif, en plus du club soudanais d’Al-Merreikh, l’USMA allait dominer la phase de poules, mais Belaili avait été stoppé net, pas pour cause de blessure, mais pour…. dopage.

TSA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here