Selon TSA, le sélectionneur Algérien, Djamel Belmadi, qui a bâti d’excellentes relations de travail avec Zetchi, n’a en fait jamais compris pourquoi celui-ci devra partir après un mandat unique, à seulement 50 ans, alors que son bilan est éloquent, avec notamment une coupe d’Afrique des nations remportée par l’équipe nationale en 2019.

Le dernier communiqué rendu public sur le site de la FAF laisse entendre que Belmadi est très mécontent de cette façon de faire. Charaf-Eddine Amara devra se montrer plus que convaincant pour éviter une telle éventualité, synonyme de cassure de l’incroyable parcours actuel des Verts, entamé depuis la venue de Belmadi en août 2018. Il a dit lors de sa conférence de presse qu’il parlerait à Belmadi.

Le candidat unique devrait, une fois installé à Dely Brahim, s’occuper de la réforme du football algérien, qui n’arrive plus à produire des joueurs capables de défendre convenablement les couleurs de l’EN dont la composante est majoritairement des joueurs formés en France.

Charaf-Eddine Amara devra aussi régler cette histoire de statuts qui fait peser la menace de sanctions de la FIFA. Dans la présentation de son programme, mercredi soir, il a assuré que les amendements réclamés par la Fédération internationale de football (FIFA) seront sa priorité. La menace de sanctions est bien réelle, la FIFA ayant exigé que l’assemblée élective soit tenue en vertu des amendements apportés aux statuts, ce qui n’a pas été fait à cause de l’opposition de la tutelle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here