Selon le buteur, Charaf-Eddine Amara, le nouveau président de la FAF, s’est engagé à l’issue de sa victoire, à débuter de « profondes réformes » pour conduire le football national vers « la modernisation et la performance », assurant que lui et son équipe s’attèleront à accomplir cette mission avec la participation de tous les acteurs de la discipline. Après avoir été élu à l’unanimité des 88 membres votants de l’AG, à savoir, 75 oui et 15 non, le nouveau patron de la FAF : « c’est avec une grande fierté que j’accepte avec mon équipe cette mission de réhabiliter le football national. Je serai le président de toute la famille du football. Laissant nos différents derrière nous et œuvrant pour le renouveau de la discipline ». Lors de la conférence de presse ayant suivie son élection pour le mandat olympique 2021-2025, Amara a indiqué : « le résultat du scrutin reflète l’adhésion totale de l’assemblée générale à notre programme, qui s’articulera sur trois mots d’ordres : réformes, modernisation et performance ». Fixant sa priorité sur la mise en conformité des statuts de la FAF avec ceux de la FIFA, Amara a fait savoir qu’il s’attaquera par la suite à d’autres chantiers, tels que les textes régissant le jeu, l’amélioration du système de compétition et la relation complexe entre les sociétés sportives par actions (SSPA) et les clubs sportifs amateurs (CSA). « Nous devrons pérenniser un nouveau modèle viable. C’est là le domaine de l’institutionnel et ce n’est ni limitatif ni exclusif », a-t-il assuré. Concernant l’épineux dossier du professionnalisme, Amara a estimé que « tous les clubs professionnels algériens sont en faillite à cause d’un déficit structurel en termes de modèle économique », indiquant que « des solutions seront mises en avant lors des assises du football national, regroupant tous les acteurs de la discipline, et qui seront organisées très prochainement ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here