Neymar, Mbappé, Algérie, le héros du choc contre le PSG, Mahrez s’exprime

L’international Algérien, Riyad MLahrez qui a qualifié Manchester City pour la finale de la ligue des champions s’est exprimé sur plusieurs points selon le buteur, des propos rapportés par onze mondial, les voici « Quand la faute a été sifflée, avant-même qu’on récupère le ballon, j’ai dit à Kevin : « Je le prends ». Il était d’accord puis Gundogan nous a rejoints,. On a regardé comment le mur s’est positionné et je leur ai dit : « Je me vois bien contourner par le côté gauche ». Ensuite je me concentre. Mais au moment de tirer, je me loupe complètement. Je sens que la balle ne part pas comme je le souhaite et pendant quelques centièmes de secondes, j’ai pensé : « J’ai foiré mon coup ». Et là je vois qu’un petit trou s’est formé dans le mur parisien et que la balle est passée exactement à cet endroit… On a eu beaucoup de chance ». Par la suite, Mahrez tente d’expliquer ce qui a sans doute fait la différence entre les deux formations, à savoir l’agressivité et la solidarité collective. « Moi, je ne défends pas très bien, mais je le fais pour aider mes coéquipiers. Au très très haut niveau, si tu ne défends pas, tu peux pénaliser ton équipe. Après quand tu es (Cristiano) Ronaldo, (Lionel) Messi, Neymar ou Mbappé, et que tu as des qualités tellement extraordinaires, peut-être tu peux faire abstraction de certaines tâches défensives. Mais à l’arrivée, quand on regarde Paris, on se dit que c’est difficile de remporter la Ligue des champions si tout le monde défend pas », lâche Mahrez. Des mots qui ressemblent à des tacles pour les stars parisiennes. Pourtant, l’ailier algérien les épargne. « J’ai vu Neymar beaucoup défendre, Mbappé aussi au match aller… Je pense qu’on a été un peu meilleurs que les Parisiens dans l’ensemble. On ne s’est pas qualifiés simplement parce que deux joueurs auraient moins défendu. » Enfin, Mahrez valide l’analogie entre ce Manchester City 2021 et l’Algérie lors de la CAN 2019, avec la même impression pour lui de victoire inéluctable. « Ce sont des trucs que tu ressens, qui ne s’expliquent pas. Après, peut-être qu’on va perdre la finale, mais j’ai vraiment une grande confiance dans mon équipe, je sens qu’on peut la gagner. A l’automne, quand les résultats étaient moins bons, je disais à tout le monde : « On va être champions », conclut Mahrez comme rapporté par OnzeMondial.com.