Selon SoFoot, les matchs internationaux ne sont pas un plaisir pour tout le monde, car dans certains pays, c’est bien plus que du football qui est en jeu. Un exemple à Djibouti, en Afrique, où trois joueurs ont pris peur des conséquences d’un retour au pays après les résultats négatifs subis contre l’Algérie (0-8) et le Niger (2-4) en qualif’ du Mondial 2022. Depuis vendredi dernier, Nassrodin Aptidon, gardien remplaçant, vit alors dans la zone de transit de l’aéroport d’Orly (oui, il a fallu passer par Paris pour effectuer ces voyages), en dormant à l’hôtel prévu à cet effet toutes les nuits.

Il y a une semaine, alors que sa sélection allait partir pour le Maroc, lui et deux autres coéquipiers (Bilal Hassan et Aboubakar Elmi) se sont cachés pour rester à Paris et demander l’asile en France. « Ils sont embêtés par le gouvernement dès qu’ils disent quelque chose qui dérange et étaient effrayés à l’idée de rentrer à Djibouti après avoir perdu avec un aussi gros écart. Ils n’avaient pas prévu cela et ont pris la décision en étant à Paris » , explique Jean-Loup Schaal, président de l’Association pour le respect des droits de l’homme à Djibouti à la BBC. Alors que les deux autres ont eu le feu vert des autorités pour quitter l’aéroport mercredi, Aptidon manque le rendez-vous à cause d’une maladie et reste bloqué tout seul. « Les uniques moments où il quitte Orly, c’est pour se rendre à un tribunal à Créteil » , détaille Schaal.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here