L’ancien secrétaire de la CAF avait prévenu contre Bakary Gassama (vidéo)

Qui protège ce récidiviste ?

Lors d’une interview diffusée en 2019 sur une chaîne égyptienne, Le défunt et ancien secrétaire général de la CAF à savoir le défunt AMR FAHMY (paix à son âme), avait à cette époque dénoncé publiquement l’Arbitre gambien, BAKARY PAPA GASSAMA pour son implication dans la manipulation des matchs.

L’intervenant avait rappelons-le, pointé du doigt l’arbitre BAKARY PAPA GASSAMA, dont son rôle de bouc-émissaire pour faire le sale travail sur le terrain au profit de quelques lobbies activant au sein de la confédération africaine de Football et plus particulièrement en faveur des marocains.

Il faut notamment signaler, que les pratiques extra-sportives de cet arbitre comme l’a si bien précisé le défunt égyptien Amr FAHMY, ont été souvent enclenchées à l’encontre de la sélection nationale algérienne. Une version qui s’est effectivement confirmée trois années plus tard et plus précisément lors du dernier match barrage opposant les fennecs aux camerounais le 29 Mars 2022 au stade Mustapha Tchaker à BLIDA pour le compte des éliminatoires au mondial qatari.

En effet, l’ex secrétaire général de la confédération Africaine de football (CAF), avait au cours de cette interview, confirmé puis accusé clairement cet arbitre tant contesté à savoir le Gambien BAKARY PAPA GASSAMA, pour son implication dans les tentatives de manipulation des matchs pour des gains motivés essentiellement par des faits de conflit d’intérêts.

Eu égard à ce genre de témoignage, il est évident que la confédération Africaine de football, semble profondément sombrer dans les jeux de coulisse qui planent sur l’intégrité du football en Afrique, mais sans pour autant inquiéter la bienveillance de la fédération Internationale de Football (FIFA) au vu de son indifférence face à toutes ces dénonciations. Cela s’ajoute effectivement aux graves déclarations de l’ancien international égyptien, en l’occurrence HOSSAM MIDO, dans lesquelles avait avoué son entente avec SAMUEL ETO’O pendant la CAN de 2004, pour arranger un match officiel au détriment des Algériens