« Les Algériens sont pires, de sales types », les dérapages hallucinants de Christophe Galtier

L’ancien entraîneur de l’OGC Nice et du PSG, Christophe Galtier fait face à de nouvelles accusations accablantes. Ses dérapages racistes contre les joueurs de confession musulmane en France ont été révélés par le journal l’Équipe. 

En effet, le journal l’Équipe a révélé mardi les propos extrêmement graves qu’à tenus l’ex-coach de l’OGC Nice Christophe Galtier. Des propos relevant du racisme et de l’islamophobie, proférés à l’époque où les Algériens Youcef Atal, Billel Brahimi, Hicham Boudaoui, et même le néo-international, Amine Gouiri, évoluaient au sein du club azuréen.

« Encore un musulman, j’en veux pas, on en a assez », aurait déclaré Christophe Galtier à l’annonce du recrutement de l’international algérien Billel Brahimi en hiver 2022. L’entraîneur français, désormais expatrié au Qatar, a qualifié les deux autres Algériens de Nice à savoir Youcef Atal et Hicham Boudaoui de « sales types ». Galtier est encore allé très loin en accusant les Algériens « d’être les pires », révèle encore le journal l’Équipe dans son édition de mardi 5 décembre 2023.

Galtier déteste les musulmans

Toujours selon l’Équipe, le défenseur, Jean-Clair Todibo a appris que l’ex-entraîneur de l’OGC Nice le qualifiait de «salafiste» et «d’extrémiste » dans son dos. Christophe Galtier aurait jugé qu’il n’était «pas normal» que Didier Digard, entraîneur de la réserve à l’époque, soit musulman et qu’il risquait d’endoctriner les jeunes du centre de formation.

Lors de l’évocation d’une piste menant à Ozan Kabak, défenseur turc, Christophe Galtier aurait dit à Julien Fournier : «Encore un musulman, j’en veux pas, on en a assez ». De nombreux joueurs de l’OGC Nice ont témoigné auprès de la police avoir subi des pressions à l’approche du Ramadan de la part de Christophe Galtier. Il s’agit notamment de l’international algérien Hicham Boudaoui de Jean-Clair Todibo, de Teddy Boulhendi et de Pablo Rosario. À noter que Christophe Galtier sera jugé ce 15 décembre pour « harcèlement moral et discrimination ».