Scandale Galtier : Ce qu’a dit Youcef Atal à la police

Youcef Atal s’est retrouvé malgré lui, dans une autre enquête de police qui concerne son ex entraineur, Christophe Galtier. Selon des informations rapportées par « L’Équipe », l’international algérien a été interrogé sur les allégations de déclarations racistes et islamophobes présumées contre l’entraîneur français.

L’international algérien, également convoqué devant le tribunal de Nice le 18 décembre pour « incitation à la haine » en raison de sa vidéo controversée, s’est retrouvé impliqué dans une autre affaire judiciaire. Les témoignages recueillis par la police indiquaient que Youcef Atal aurait été victime de propos inappropriés de la part de son ancien entraîneur.

Selon Frédéric Gioria, l’assistant de Galtier à l’OGC Nice, ce dernier aurait qualifié Atal et son coéquipier Hicham Boudaoui de « sales types », et que « le pire, ce sont les Algériens ». Malgré les accusations portées par plusieurs autres joueurs contre Galtier, certains d’entre eux, dont Youcef Atal lui-même, ont étonnamment « blanchi » l’entraîneur français.

Youcef Atal est resté neutre

L’international algérien a adopté une position neutre, ne confirmant pas directement les accusations. Youcef Atal aurait affirmé à la police qu’il n’a jamais entendu de propos racistes ou discriminatoires de la part de l’entraineur marseillais.

L’autre international algérien Andy Delort, qui a soutenu Galtier lors de la controverse de la saison précédente, partage le même avis. En revanche, Hicham Boudaoui a reconnu avoir subi des « pressions avant le mois de Ramadan ».

Teddy Boulhendi, le gardien de but franco-algérien, a également partagé son expérience, affirmant avoir ressenti le besoin de manger pendant les jours de match ou risquer de ne pas être sélectionné. Il a même été catégorisé comme « salafiste » par Galtier, malgré ses explications sur ses pratiques religieuses.