Le Maroc rafle la mise aux CAF Awards, l’Algérie complètement absente

La Confédération africaine de football (CAF) a organisé sa cérémonie des CAF Awards à Marrakech, au Maroc, en l’absence des représentants algériens qui ont tenu à protester contre la mise à l’écart de plusieurs athlètes d’Algérie, à l’image de l’attaquant international Riyad Mahrez, le défenseur central de l’USM Alger, Zinedine Belaïd ainsi que l’USM Alger qui a gagné la Coupe de la CAF et la Supercoupe d’Afrique.

Comme tout le monde l’attendait, le Maroc a raflé la plupart des prix lors de cette cérémonie qui a eu lieu sur son territoire, avec comme toile de fond, la participation spéciale des Lions de l’Atlas à la dernière édition de la Coupe du monde, durant laquelle ils ont atteint la demi-finale. Rien que pour cela, la sélection marocaine a arraché le trophée de meilleure équipe nationale 2023 alors que son sélectionneur, Walid Regragui, s’est vu décerner le prix de meilleur entraîneur de l’année, devant le Sénégalais Aliou Cissé et l’Algérien Abdelhak Benchikha qui a gagné avec l’USMA la Coupe de la CAF et la Supercoupe.

A l’occasion de cette cérémonie marocaine, le Maroc a aussi décroché le prix de meilleur gardien de l’année 2023, décerné au gardien marocain, Yassine Bounou. Les organisateurs des CAF Awards 2023 ne se sont pas arrêtés à ces trois prix au profit des Marocains. Ils ont aussi récompensé l’internationale marocaine de l’AS FAR, Fatima Tagnaout en lui décernant le prix de joueur interclubs de l’année et sa coéquipière en sélection, évoluant au sein du club français de Lille, Nesryne El Chad qui a décroché le prix de la jeune joueuse de l’année.

Il importe de rappeler que la cérémonie en question a été boycotté par les représentants de l’Algérie qui entendent dénoncer l’impartialité de la CAF dans le choix des finalistes pour la cérémonie. Les Algériens ne disent pas que cette impartialité est favorable aux représentants marocains, mais se content de préciser qu’elle est défavorable aux Algériens. D’ailleurs, ils ont été nombreux dans le monde du football africain à avoir dénoncé l’exclusion de Riyad Mahrez alors qu’il était censé être le favori pour remporter le Ballon d’Or africain après son triplé avec Manchester City (Ligue des champions, Premier League et FA Cup), qui a finalement été décerné au Nigérian du SSC Napoli, Victor Osimhen.