Algérie : Coup de tonnerre retentissant pour l’avenir de Belmadi

La démission de Djamel Belmadi de la tête de l’équipe nationale algérienne de football se complique de plus en plus. Après l’élimination de l’Algérie dès le premier tour de la Coupe d’Afrique des Nations 2024, le président de la Fédération algérienne de football (FAF) a annoncé une rupture de contrat à l’amiable.

Mais selon des informations rapportées par la radio algérienne, Belmadi aurait fait volteface à son arrivée en Algérie et réclame une indemnité de plus de 7 millions d’euros, alors que la FAF ne lui propose que 624 000 euros pour trois mois. Pour le moment, Belmadi n’a pas signé sa résiliation de contrat avec la FAF.

De son côté, le commentateur sportif Hafid Derradji, accuse Djamel Belmadi de tromper le peuple algérien en réclamant le paiement intégral de son contrat jusqu’en 2026. Derradji affirme que le contrat liant Belmadi à la FAF n’était pas moral mais plutôt financier, soulignant le désir du coach de recevoir plus de 7 millions d’euros jusqu’en 2026. En revanche, le président de la FAF propose des compensations ne dépassant pas 624 000 euros pour trois mois.

Belmadi a reçu plus de 12 millions d’euros

Derradji accuse Belmadi de vouloir profiter de sa situation pour obtenir un maximum d’argent. Il rappelle pourtant, que le contrat de l’entraîneur, signé en 2018, ne prévoyait aucun objectif précis, contrairement à la norme dans le monde du football. Il précise que c’est Belmadi lui-même qui a annoncé son départ devant les joueurs dans les vestiaires après le match contre la Mauritanie, une information qui a été divulguée aux médias français avant que Walid Sadi ne décide de résilier le contrat à l’amiable à son retour en Algérie. Cependant, Belmadi a refusé et insiste sur le paiement de toutes ses indemnités.

La question qui se pose désormais est de savoir si Belmadi acceptera de démissionner à l’amiable ou si la FAF sera contrainte de le licencier. Dans le second cas, la Fédération algérienne pourrait être condamnée par la FIFA à payer à Belmadi des indemnités encore plus importantes. Le commentateur sportif rappelle que depuis son arrivée à la tête de l’équipe nationale, Belmadi a reçu plus de 12 millions d’euros en salaires et primes. Il est donc le sélectionneur le mieux payé du continent africain.