Algérie : Vahid Halilhodzic, le gros malaise

Les rumeurs et autres spéculations autour du départ et de la succession de Djamel Belmadi insistent beaucoup sur l’ancien sélectionneur de l’équipe d’Algérie, Vahid Halilhodzic, qui a dirigé les Fennecs de juin 2011 à juillet 2014. Cette insistance amène des journalistes à tenter de leur faire parler, notamment sur d’éventuels contacts avec la Fédération algérienne de football (FAF) ou sa disposition à reprendre la sélection algérienne.

Si la première sortie médiatique du technicien franco-bosnien a été évasive et floue, il a refusé totalement de s’exprimer à l’occasion d’une seconde sollicitation. Appelé au téléphone par un confrère du site spécialisé Shoot Africa qui a mis en ligne la conversation téléphonique, Vahid Halilhodzic semblait pressé de mettre fin à la conversation, tellement il ne voulait pas évoquer cette histoire de succession de Djamel Belmadi.

D’ailleurs, la conversation va durer environ 50 secondes durant lesquels le journaliste voulait le faire parler de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2024) et de l’Algérie. Coach Vahid ne laissait même pas son interlocuteur finir ses phrases. « Non, je ne parle pas. Je n’ai regardé aucun match », a répondu sèchement le technicien à propos de la CAN ivoirienne qui verra, vendredi et samedi, le déroulement des matchs des quarts de finale.

 

Algérie face au Burkina Faso lors de la CAN en Côte d’Ivoire

« Je n’ai aucun commentaire »

A propos de la sélection de l’Algérie et le fait qu’il soit « le candidat prioritaire » pour succéder à Djamel Belmadi, Vahid Halilhodzic a aussi été expéditif. « Je n’ai aucun commentaire, je vous dis. Je m’excuse, je m’excuse », a-t-il asséné, suggérant sans le dire la fin de la conversation.

Il est clair que Vahid Halilhodzic est gêné par la situation actuelle de la relation entre Djamel Belmadi et la FAF. Et dans son esprit, il n’est pas question de faire un quelconque commentaire, tant que les choses ne sont pas claires entre le désormais ex-sélectionneur national Djamel Belmadi et l’Instance présidée par Walid Sadi.