L’arbitre de la VAR des matches de l’Algérie exclu de la CAN

Action sur Bounedjah lors du match face au Burkina Faso

L’arbitre gabonais Pierre Ghislain Atcho, premier responsable de la VAR, lors des deux premiers matchs de l’Algérie, a été écarté de la CAN 2024. Sa gestion controversée des rencontres, notamment lors du match Sénégal-Côte d’Ivoire, a conduit à sa mise à l’écart par la Confédération africaine de football.

Dès le début de la CAN, les performances d’Atcho ont été au cœur de critiques acerbes. Les supporters algériens, en particulier, ont contesté son arbitrage lors des deux premiers matchs de leur équipe, soulignant l’utilisation limitée de la VAR et des décisions litigieuses concernant les penalties. Le point culminant de la controverse a été atteint lors du match entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

Atcho a pris plusieurs décisions controversées, dont l’attribution d’un penalty aux Ivoiriens et la non-exclusion d’un joueur sénégalais. Ces décisions ont provoqué la colère des supporters sénégalais et des observateurs du football africain. Face à la vague de critiques et aux appels à l’amélioration du niveau de l’arbitrage, la CAF a décidé de prendre des mesures. L’instance dirigeante du football africain a écarté Atcho de la liste des arbitres pour les phases ultérieures de la CAN.

La FAF a déposé une réclamation contre Ghislain Atcho

Il est important de souligner que la Fédération algérienne de football (FAF) avait déposé une réclamation contre cet arbitre, après le match contre le Burkina Faso. Pierre Ghislain Atcho était l’arbitre de la VAR lors des deux premiers matchs de l’Algérie à la CAN face à l’Angola et le Burkina Faso.

Au cours des deux matchs, la VAR n’a été utilisée que cinq fois, avec zéro intervention en faveur de l’équipe algérienne. Parallèlement, trois penalties flagrants n’ont pas été sifflés pour l’Algérie, suscitant des interrogations quant à l’impartialité d’Atcho. Ces erreurs ont éveillé des doutes sur sa capacité à arbitrer à un niveau aussi élevé, remettant en question sa crédibilité en tant qu’arbitre de premier plan.