Les temps sont très durs pour les Algériens après la CAN

Plusieurs internationaux algériens sont en plein doute après la CAN 2024. Les performances en demi-teinte de certains joueurs depuis leur retour du tournoi continental, ajoutent une nouvelle couche à la crise que traverse les Fennecs.

Le manque de temps de jeu de plusieurs cadres inquiète. Houssem Aouar et Aissa Mandi, piliers habituels de la sélection, n’ont cumulé que 20 minutes chacun depuis la CAN. Des statistiques qui traduisent une difficulté à retrouver leur rythme et leur influence sur le jeu. Yasser Larouci et Sofiane Feghouli, eux aussi, n’ont pas fait beaucoup mieux (44 minutes chacun), alimentant les interrogations sur leurs formes physiques.

La situation est encore plus préoccupante pour Islam Slimani et Ahmed Touba, éloignés du terrain depuis leur retour de la CAN. Le défenseur de Lecce semble désormais mis à l’écart par son entraineur. Quant au buteur historique des verts, il a récemment signé avec le KV Malines en Belgique. Il n’a pas encore fait ses grands débuts avec son nouveau club.

Les choses vont mal chez les Fennecs

Youcef Atal de son coté, vient de trouver un nouveau club en Turquie où il espère se relancer après son calvaire à l’OGC Nice. Tandis que Riyad Mahrez n’a pas repris la compétition officielle avec son club en raison de l’arrêt du championnat saoudien lors de la coupe d’Asie 2024.

Les supporters, qui avaient vécu un cauchemar lors de la CAN 2024, sont encore désabusés. Après le départ mouvementé du sélectionneur Djamel Belmadi et les rumeurs sur la retraite de certains cadres, les performances en demi-teinte des internationaux algériens ne sont pas encourageantes.