Mahrez, l’incroyable révélation

Le départ de Mahrez de Manchester City a déclenché un torrent de réactions en début de saison. Certains l’ont accusé de privilégier l’argent au défi sportif, tandis que d’autres ont salué son courage et son ambition. Mais ce choix a eu un impact sur sa vie personnelle, bouleversant le quotidien de son épouse Taylor Ward.

Dans une série documentaire diffusée sur Prime Vidéo, Taylor Ward a livré un récit poignant de son expérience. La manquent britannique a révélé avoir fondu en larmes lorsque Riyad l’a informé de sa décision d’aller jouer en Arabie Saoudite.

Taylor a évoqué son sentiment d’impuissance face à ce départ précipité, l’absence de choix et la douleur de quitter famille et amis. Elle savait que l’adaptation à un nouvel environnement, régi par des codes culturels différents, était très difficile pour elle. «Un jour, il a appelé alors que j’étais sur la plage, et il m’a dit ‘nous partons en Arabie saoudite et j’y vais demain’. C’est tout. Je n’arrivais pas à croire que ça arrive. C’est arrivé si vite qu’on n’a pas eu une minute pour dire au revoir à tout le monde», indique-t-elle.

La «crise de panique» de Taylor Ward

Le choc est d’autant plus rude pour Taylor Ward que la réalité saoudienne contraste fortement avec son mode de vie occidental. La découverte d’une société conservatrice, où les femmes sont soumises à des restrictions, la confronte à des réalités qu’elle n’avait jamais imaginées.Malgré les difficultés, Taylor Ward affirme avoir fait preuve de résilience et s’efforce de trouver sa place dans ce nouvel environnement.

Elle indique que son exil doré n’est pas sans sacrifices et son couple a traversé une épreuve dure qui l’a soudé davantage. En s’installant en Arabie Saoudite, Taylor Ward explique qu’elle a eu un «crise de panique» quand elle a été informée que la piscine de son hôtel était uniquement réservée aux hommes. «Je sais que c’est stupide, je n’aime pas nager ou me mouiller les cheveux, mais c’est juste le rappel de la réalité», raconte-t-elle.