Walid Sadi a lâché les cadres de Belmadi ?

Le limogeage de Djamel Belmadi de son poste de sélectionneur national après la CAN 2024 a plongé l’équipe nationale dans une situation d’urgence. Le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Walid Sadi, a rapidement lancé un processus de sélection pour trouver un nouveau sélectionneur pour les Verts. Déjà sous pression, Walid Sadi est également appelé à consulter les cadres de la sélection. 

La FAF a mis en place une commission de sélection, composée de techniciens et experts chargés de trier les dossiers de candidatures et de présélectionner cinq candidats. Deux d’entre eux, José Peseiro et Vladimir Petkovic, ont été contactés par la fédération. Cependant, le choix de la commission de sélection a été critiqué par certains, qui s’interrogent sur l’absence de consultation du Bureau Fédéral et des cadres de l’équipe nationale.

D’autres, en revanche, saluent la présence de figures respectées comme Rabah Saâdane au sein de la commission. L’idée de consulter les cadres de l’équipe d’Algérie, tels que Ramy Bensebaini, Riyad Mahrez, Islam Slimani, Youcef Atal, Baghdad Bounedjah, Ismaël Bennacer et Aïssa Mandi, gagne du terrain. L’expérience passée a montré que l’absence de dialogue entre les cadres et l’entraîneur peut avoir des conséquences néfastes, comme en témoignent les exemples de Milovan Rajevac, Alcaraz et Rabah Madjer.

Éviter les erreurs du passé

Les joueurs, qui connaissent parfaitement les rouages de l’équipe et les exigences du haut niveau, peuvent apporter un éclairage précieux sur les qualités et les défauts des candidats potentiels. Ils peuvent également contribuer à créer une atmosphère positive et une dynamique de groupe favorable au succès. Plusieurs options s’offrent à Walid Sadi pour recueillir l’avis des cadres. Une consultation directe, individuelle ou collective, permettrait d’obtenir des feedbacks détaillés.

Un vote anonyme, quant à lui, garantirait l’objectivité et la confidentialité du processus. En prenant en compte les erreurs du passé et en s’ouvrant à la voix des joueurs, la FAF peut prendre une décision éclairée et garantir la stabilité et la confiance au sein de l’équipe nationale. Le choix du nouveau sélectionneur sera un test important pour le président de la FAF, qui devra démontrer sa capacité à fédérer et à construire une équipe capable de relever les défis.