Annoncé en Algérie, José Peseiro lâche sa réponse

Le technicien portugais, José Peseiro, qui a mené la sélection du Nigeria à la finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2024) ne veut visiblement pas s’avouer vaincu dans sa « course » à la succession de Djamel Belmadi à la barre technique de l’équipe d’Algérie. Cela malgré les informations qui circulent, ces derniers jours, sur l’imminence de la signature d’un contrat avec le Bosnien Vladimir Petkovic, donné comme le plus à même d’avoir les faveurs du président de la FAF, Walid Sadi.

Dans un long entretien accordé au site spécialisé Goal.com, José Peseiro préfère rester prudent cependant et fait comme s’il n’y a pas eu de bruit autour de la prochaine arrivée de l’ex-sélectionneur de la Suisse à Alger et toutes les informations ayant circulé sur lui. Pour cela, il a même refusé de confirmer l’existence de contacts avec la Fédération algérienne de football (FAF).

« Une offre de l’Algérie ? Je ne confirme rien. Le 29 février, je déciderai de mon futur ou commencerai à décider », a répondu le sélectionneur des Super Eagles au journaliste qui lui a demandé s’il confirmait des contacts avec la Fédération algérienne. Il précise cependant : « Je peux écouter ce qu’on me propose bien sûr, mais je continue de me reposer. J’ai dit à tout le monde de revenir à la fin du mois ».

Peseiro ne s’avoue pas vaincu

Si le technicien portugais José Peseiro n’a pas confirmé les contacts avec les responsables du football en Algérie, il ne les a pas niés. Mieux encore, il a choisi de prononcer des mots pour semer le doute dans les esprits des lecteurs. « Ce qui est sûr, c’est que je veux continuer à coacher et j’ai besoin de bien choisir. A l’instant T, je vous le répète, toutes les options restent envisageables », a-t-il précisé, dans cette interview où il n’a pas manqué de signaler son voeu de participer à une Coupe du monde. A croire qu’il veut faire un clin d’œil à une Fédération précise.