Belmadi, l’histoire n’est pas terminée

C’est officiel, Valdimir Petkovic a signé son contrat avec la Fédération algérienne mettant fin à l’ère Djamel Belmadi, qui a duré six ans. Cependant, la fin de cette ère est loin d’être paisible. Le technicien algérien refuse toujours de rompre son bail avec la FAF, ce qui a conduit à un bras de fer entre les deux parties.

Le président de la FAF Walid Sadi qui a enfin, accompli la mission de trouver un successeur à Belmadi, aura maintenant la lourde tâche de trouver un compromis avec le désormais l’ex-sélectionneur. Belmadi refuse toujours l’offre de trois mois de compensation et veut la totalité de ses mensualité qui s’élèvent à plus de 7 millions d’euros.

Selon les dernières informations en notre possession, Belmadi a quitté Alger pour le Qatar sans signer la résiliation de son contrat, contrairement aux autres membres de son staff. Il est donc, l’entraineur des verts sur le papier. La FAF se retrouve aujourd’hui dans une situation délicate. Le contrat de Vladimir Petkovic ne peut être enregistré au niveau de la FIFA tant que celui de Belmadi n’est pas résilié.

Mais pour le premier responsable de la FAF, la situation est claire. Djamel Belmadi n’est plus l’entraîneur de l’équipe nationale algérienne de football. Après une série de résultats décevants, dont deux éliminations consécutives dès le premier tour de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et une élimination au dernier tour des qualifications pour la Coupe du Monde 2022, la Fédération Algérienne de Football (FAF) est en droit de le limoger.

La FAF ne va pas reculer

La FAF tient toujours à sa dernière proposition, une résiliation de contrat à l’amiable moyennant 3 mois de compensation. Si le champion d’Afrique refuse cette offre, la FAF sera obligée de résilier son contrat unilatéralement lui laissant le choix d’aller se plaindre à la FIFA, s’il le souhaite.

Par ailleurs, le bilan de Belmadi à la tête des Fennecs est loin d’être unanime. Si son apogée reste incontestablement la victoire en CAN 2019, ponctuée par une série record de victoires, il n’a pas su maintenir la dynamique positive et les résultats en dents de scie ont fini par sceller son sort.

Le départ de Belmadi marque la fin d’une ère dans l’histoire du football algérien. L’avenir de l’équipe nationale repose désormais sur les épaules de Vladimir Petkovic, qui aura la lourde tâche de redynamiser les Fennecs et de les ramener sur le chemin du succès.