Vladimir Petkovic sur les traces de Djamel Belmadi

Le nouveau sélectionneur national, le Suisse Vladimir Petkovic a animé, ce lundi 4 mars, une conférence de presse au stade Nelson Mandela d’Alger, et ce, quelques temps après avoir signé son contrat avec la Fédération algérienne de football (FAF) lui permettant de prendre la tête de la barre technique de l’équipe d’Algérie. Plusieurs points ont été abordés par Vladimir Petkovic, notamment la situation actuelle de l’équipe d’Algérie, ses perspectives sur le sol africain, l’adjoint algérien qu’il doit rencontrer ce lundi ainsi que certains joueurs de l’équipe.

Lors de cette rencontre avec les médias algériens, le nouveau sélectionneur ne pouvait pas échapper à la sempiternelle question sur l’égalité des chances entre les joueurs évoluant en Europe et ceux du championnat algérien de la Ligue 1 Mobilis. Et ce, comme a été le cas avec les conférences de presse de son prédécesseur Djamel Belmadi. Vladimir Petkovic rétorquera qu’il ne compte pas privilégier les joueurs évoluant au sein des clubs européens.

« Je ne privilégierai pas les joueurs qui évoluent en Europe par rapport à ceux en Algérie, ni l’inverse d’ailleurs. Les meilleurs joueurs seront convoqués », a affirmé Petkovic dans sa réponse au journaliste qui a posé la problématique, ajoutant que pour le stage du mois de mars, une liste de 45 joueurs a déjà été élaborée, en prévision de la liste définitive de 23 noms. Une façon de dire que même avant la signature de son contrat, le nouveau sélectionneur de l’Algérie a déjà commencé son travail.

Vladimir Petkovic s’exprime sur Yacine Adli

Par ailleurs, Vladimir Petkovic ne pouvait pas échapper à des questions sur le joueur franco-algérien, Yacine Adli, qu’on avait annoncé proche des Fennecs depuis la nomination du technicien suisse, d’origine bosnienne, et que le journal l’Equipe présente comme un joueur visant l’équipe de France. Les rumeurs ont même fait savoir que Adli et le nouveau patron des Fennecs avaient échangé sur la question ces derniers jours.

Sans surprise, Vladimir Petkovic n’ira pas en profondeur sur la question et donnera une réponse qui n’est pas très différente de celle donnée par Djamel Belmadi en son temps. « Il est un joueur très intéressant, on verra ce que ça donnera dans le futur. Pour réussir un mariage, il faut deux parties intéressantes », a asséné Petkovic, comme pour dire que la sélection doit passer par le consentement des deux parties ; que la sélection soit ouverte et que le joueur soit disponible à changer sa nationalité sportive.