USM Alger-RS Berkane : Que s’est-il passé vraiment ?

Ce que les supporters redoutaient a finalement eu lieu. Le match qui devait opposer les Algériens de l’USM Alger aux Marocains de la RS Berkane pour le compte de la demi-finale de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF) a été annulé, après le forfait déclaré par le club marocain dans le cadre de ce que l’on peut désormais appeler l’affaire du maillot controversé.

En effet, le RS Berkane a été empêché de jouer avec un maillot qui compte la carte géographique du Maroc incluant les territoires du Sahara occidental. Pour la partie algérienne, cette carte sur le maillot est non seulement fausse, mais elle contredit également les textes et règlements de la CAF et de la FIFA d’inscrire des slogans politiques et religieux sur les maillots des équipes et cette carte marocaine expansionniste est considérée comme un slogan politique qui viole les résolutions de l’ONU et de toutes les instances de l’Union africaine.

La RS Berkane déclare forfait

Pour cette raison, les adversaires de l’USM Alger ont déclaré forfait, comptant sur l’appui de certaines instances de la CAF qui ont vite pris position en leur faveur. C’est le cas du directeur des compétitions, l’Egyptien Emad Chenouda, qui a défendu le maillot de la RS Berkane dès l’éclatement de l’affaire, mais c’est aussi le cas du Jury d’appel de la CAF qui a rejeté illico presto le recours de la Fédération algérienne de football (FAF).

Que décidera la CAF ?

Que va-t-il se passer donc. En principe, le représentant algérien, l’USMA, qui s’est déplacé au stade du 5 juillet devrait être déclaré vainqueur sur tapis vert. Et la position de la partie algérienne dans cette affaire est confortée clairement par les textes de la CAF, mais surtout de la FIFA. Mais la réalité de la CAF peut aller à l’encontre des règlements et même de la logique.

En effet, tout le continent africain sait que la mainmise de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et son président Fouzi Lekjaa sur l’instance africaine est une réalité connue de tous. Et l’absence d’un représentant algérien dans les instances de la CAF ne facilite pas la défense des intérêts de l’Algérie. Cette réalité pourrait donc jouer un mauvais tour à l’USM Alger.

Les Algériens en général et les supporters de l’USMA croisent les doigts en attendant de voir ce que décidera l’Instance présidée par le Sud-Africain Patrice Motsepe. Une décision qui devrait pas tarder à arriver puisque le match retour est censé se jouer la semaine prochaine. Mais du côté de la FAF, la détermination est là et Walid Sadi s’est dit prêt à aller au Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne.