Belmadi sélectionneur de la Tunisie ? Le vrai du faux

Djamel Belmadi, l’homme providentiel pour le football tunisien ? La rumeur enfle depuis quelques semaines, alimentée par les succès passés de l’entraîneur algérien et les contre-performances récentes de l’équipe nationale tunisienne. Mais qu’en est-il réellement ?

Djamel Belmadi n’est pas un nom inconnu dans le monde du football. Joueur ayant évolué dans des clubs de renommée internationale, il s’est reconverti avec succès en entraîneur. Son palmarès parle de lui-même : champion d’Afrique avec l’Algérie en 2019, invaincu pendant 35 matchs consécutifs, et avant plusieurs titres avec Al Duhail en championnat Qatari.

Face aux difficultés rencontrées par la sélection tunisienne, la recherche d’un nouvel entraîneur d’envergure est devenue une priorité. Le profil de Belmadi, avec son expérience, son charisme et son style de jeu offensif, correspond parfaitement aux aspirations de la Fédération tunisienne de football.

Malgré l’engouement suscité par cette rumeur, des questions légitimes se posent. Belmadi est-il réellement intéressé par le poste ? La Fédération tunisienne est-elle prête à lui offrir les conditions nécessaires pour réussir ? Il faut dire qu’une nomination de Djamel Belmadi à la tête de la sélection tunisienne serait un choix judicieux. Son arrivée pourrait insuffler une nouvelle dynamique aux Aigles de Carthage. Cependant, il est important de ne pas céder à l’emballement et de prendre en compte l’ensemble des paramètres avant de se prononcer.

La FTF n’a pas contacté Belmadi

Cependant, selon une source fiable, la fédération Tunisienne de football n’a pas contacté l’ancien sélectionneur des verts. La raison : son gros salaire que la fédération tunisienne ne peut pas supporter. En effet, Djamel Belmadi touchait un salaire de 208 000 euros lorsqu’il était à la tête de la sélection algérienne. À la même période, Jalal Kadri, entraineur des Aigles du Carthage touchait 11 000 euros seulement, soit 19 fois moins que Belmadi.

La fédération tunisienne n’est pas en mesure d’assumer le salaire mirobolant de Belmadi et son staff. Elle préfère donc, la piste d’un entraineur local alors que certains membres de la federation ont proposé le nom d’un autre ancien sélectionneur algérien, Abdelhak Benchikha, qui a récemment résilié son contrat avec le club tanzanien Semba.