Le TAS cible de manœuvres de la CAF et du Maroc

L’affaire scandaleuse des matchs annulés, fin avril, entre les Algériens de l’USM Alger et les Marocains de la RS Berkane comptant pour la demi-finale de la Coupe de la Confédération (CAF), continue à susciter le débat et souvent la polémique entre d’une part l’USM Alger et la FAF et d’autre part, la CAF, la FRMF et la RS Berkane.

Cette fois-ci, c’est l’attitude irrespectueuse de la Confédération africaine de football (CAF) et de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) à l’égard du Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne qui est mis en avant dans la même affaire. Ces deux instances footballistiques comme la RS Berkane d’ailleurs tentent de gagner du temps pour retarder au maximum l’étude de l’affaire par le TAS.

L’USM Alger pénalisée

C’est suite à cette attitude que la partie plaignante dans cette affaire, soit la Fédération algérienne de football (FAF) et l’USM Alger, se voit pénalisée par cette attitude, la Chambre arbitrale du TAS n’ayant pas encore décidé du nombre d’arbitres appelés à statuer sur l’affaire. C’est ce que pense le quotidien El Watan et son journaliste spécialisé Yazid Ouahib très au courant des pratiques au sein de l’Instance africaine.

Dès le début du litige, la FAF et l’USM Alger ont adopté la stratégie du gain de temps en optant pour le choix du juge unique, mais la partie adverse, la CAF, la FRMF et la RSB ont rejeté le principe lui préférant l’option des trois juges, et ce, avec le seul objectif de ralentir la procédure.

Les adversaires de la FAF et de l’USMA dans cette affaire ont déjà gagné une bataille puisque le TAS de Lausanne a reporté au 3 juin la date butoir pour le dépôt du mémoire de chaque partie, alors qu’elle était fixée au vendredi 17 mai. La présidente de la Chambre arbitrale du TAS s’est rendue compte, en retard, des manœuvres du trio qui voulait surtout que la décision du TAS soit retardée pour qu’elle soit prise après la finale, aller-retour, de la Coupe de la Confédération.